Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Institut Paoli-Calmettes - Plan du site

  • L'Institut L’Institut Paoli-Calmettes est une structure privée à but non lucratif. En tant que Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC), il est qualifié d'Etablissement de Santé Privé (ESPIC) par le Code de la santé publique et est chargé d’une mission de service public hospitalier en cancérologie.
    • Identité et missions L'Institut Paoli-Calmettes (IPC) est un Centre de Lutte Contre le Cancer (CLCC) régi par le Code de la santé publique. A ce titre, il se voit chargé par la loi d’une mission de service public en matière de cancérologie.
      • Histoire En 1923, un décret gouvernemental permet d’ouvrir un institut pour l’étude du cancer et du radium à Marseille. Suite à un arrêté de novembre 1925, le « centre anticancéreux » de Marseille voit le jour. Cette entité est à l’origine du futur Institut Paoli-Calmettes. Concrètement, il s’agit d’un simple service qui, en accord avec les Hospices civils de Marseille, fonctionne en partie à l’Hôtel Dieu et en partie à l’hôpital de la Conception.
      • Statut et missions L'IPC est un Etablissement de Santé Privé d'Intérêt Collectif (ESPIC), régi par le Code de la santé publique. En tant que Centre de Lutte Contre le Cancer, l'Institut assure des missions de niveau hospitalo-universitaire dans le domaine de la cancérologie et précisément la prise en charge globale de l'ensemble des pathologies cancéreuses pour la région PACA Ouest et la Corse.
      • Les conseils, comités et commissions La lutte contre le cancer est une priorité nationale de santé publique. C'est pourquoi la gouvernance des Centres de Lutte Contre le Cancer est définie par l'Etat. Le Directeur général de l’Institut Paoli-Calmettes est le Pr Patrice Viens, Chef du département d'Oncologie médicale. Il est nommé pour 5 ans par un arrêté ministériel du Ministre de la Santé. Patrice Viens a entamé son second mandat en avril 2012.
      • L'IPC en chiffres Les chiffres clés de l'Institut Paoli-Calmettes.
      • Finances Les comptes de l'IPC sont certifiés chaque année par un Commissaire aux comptes indépendant et approuvés lors d'une séance du Conseil d'Administration.
      • Grands projets et axes stratégiques Le projet d'établissement 2013-2017 est le résultat d'un chantier de longue haleine, qui a réclamé un diagnostic précis, suivi d'étapes de partages et d'échanges entre les grands départements de l'IPC. Il fixe les ambitions pour les cinq années à venir, de 2013 à 2017.
      • Politique qualité L'Institut s’est attaché à une démarche extrêmement importante de qualité et de certification en mettant en œuvre une évaluation permanente de l’ensemble des procédures et des pratiques médicales, infirmières et techniques. L’ambition de cette démarche qualité est d’établir des procédures, des règles et des recommandations dans les différents domaines de la pratique de la cancérologie.
    • Partenaires et réseaux L'Institut Paoli-Calmettes a mis en place plusieurs partenariats : associatifs, institutionnels, de recherche, de soins.
      • Partenaires associatifs et entreprises L’action des bénévoles est une action associative, collective et organisée dont la qualité est garantie par des engagements inscrits dans le projet de l’établissement pour la prise en compte de la personne dans sa totalité.
      • Partenaires institutionnels Les partenaires institutionnels de l'Institut Paoli-Calmettes
      • Partenaires de recherche Les partenaires de la recherche à l'IPC
      • Partenaires des soins Pour maintenir un service de santé publique de proximité et concrétiser au quotidien sa vocation régionale, l’Institut met ses compétences médicales à disposition d’autres établissements. Cette logique d’appui et de partage d’activité concerne notamment : l’oncogénétique, l’hématologie, la gynécologie.
        • Le centre hospitalier de Castelluccio L’Institut Paoli-Calmettes et le Centre Hospitalier de Castelluccio (CHD), sont unis dans un partenariat visant à maintenir et développer un service de cancérologie de qualité et de proximité pour les patients de Corse du sud.
        • L'Institut Sainte-Catherine En janvier 2012, l'IPC et l'Institut Sainte-Catherine d'Avignon ont conclu une alliance bilatérale innovante. L'Institut Sainte-Catherine et un Etablissement de Santé Privé d'Intérêt Collectif (ESPIC) spécialisé en cancérologie.
        • Le CHICAS de Gap Pour améliorer l'égalité de prise en charge des patients atteints de cancer en région PACA et optimiser leurs accès aux soins, l'IPC et le Centre Hospitalier Intercommunal des Alpes du Sud (CHICAS) ont accentué leur collaboration en cancérologie début 2012 à travers un accord - cadre de coopération.
      • Fédération UNICANCER Comme les autres Centres de Lutte Contre le Cancer français, l’IPC adhère au groupe UNICANCER, jusqu’alors intitulé Fédération Française des Centres de Lutte Contre le Cancer, association loi 1901 qui a longtemps regroupé et représenté les centres de lutte contre le cancer.
    • L'IPC recrute Pôle d’excellence en cancérologie, l’IPC draine des professionnels de santé qualifiés, et recrute en permanence pour renouveler des postes existants comme pour répondre à de nouveaux besoins. Incubateur d’emplois qualifiés en santé, l’Institut recrute aussi à tous les niveaux et dans de très nombreux domaines
    • Espace presse A l'IPC, le service communication est un service d’appui aux personnels médicaux et administratifs. Le service communication prend en charge : la communication interne, la communication externe, les sites et réseaux sociaux, les relations presse, les publications, la production photographique et vidéo, les expositions.
      • Communiqués de presse Liste des communiqués de presse publiés par l'Institut Paoli-Calmettes.
      • Dossiers de presse Liste des dossiers de presse publiés par l'Institut Paoli-Calmettes.
      • L'IPC dans la presse L'Institut Paoli-Calmettes dans la presse régionale et nationale.
      • Publications La revue de l'Institut Paoli-Calmettes - publication semestrielle
      • Vidéos Les vidéos publiées par l'Institut Paoli-Calmettes.
      • Les campagnes L'Institut Paoli-Calmettes participe aux campagnes nationales d'information et de dépistage mars bleu et octobre rose.
        • Octobre rose C’est désormais une tradition : quand sonne octobre, l'Institut Paoli-Calmettes se mobilise contre le cancer du sein. Durant ce mois, l’importance du dépistage organisé est rappelée aux femmes, par des campagnes de communication.
        • Le Défi Rose dans les réseaux sociaux
      • Démocratie sanitaire La démocratie sanitaire est l’affaire de tous. Développer la concertation publique, améliorer la participation, promouvoir les droits individuels et collectifs des usagers engagent chaque acteur de santé. Depuis la création du comité de patients en 1998, l’IPC poursuit un engagement volontariste en faveur de cette participation.
    • Soutenir l'IPC L'Institut Paoli-Calmettes a besoin de votre soutien pour aller encore plus loin dans les technologies de pointe et la performance médicale au service du plus grand nombre de patients.
      • Particuliers L'Institut Paoli-Calmettes a besoin de votre soutien pour aller plus loin dans l'innovation médicale au service des patients et faire progresser les chances de guérison ainsi que l'égalité des chances face au cancer.
        • Soutenir l'IPC dans la durée Pour soutenir l'innovation dans la durée, l'innovation en cancérologie dans la région, télécharger le bulletin de soutien régulier par prélèvement automatique.
        • Exemple d'avantage fiscal Exemple d'avantage fiscal si vous donnez à l'IPC.
        • FAQ Particuliers Foire aux questions : comment et pourquoi faire un don à l'Institut Paoli-Calmettes.
        • Donations, legs, assurances-vie Etablissement de Santé Privé d’Intérêt Collectif, régi par les articles L6162-1 à 13 du Code de la santé publique, l’Institut Paoli-Calmettes est habilité à recevoir des legs, donations, assurances-vie.
        • Lexique Donations Le lexique de la donation.
        • FAQ Donations Foire aux questions sur les donations, legs et assurances-vie.
      • Entreprises La démarche d’appel à mécénat de l’IPC est nouvelle mais nécessaire pour pouvoir continuer à offrir des soins de qualité et les rendre accessibles à tous. Quels sont les bénéfices pour votre entreprise ?
        • Taxe d'apprentissage Versez votre taxe d'apprentissage à l'Institut Paoli-Calmettes et contribuez à faire progresser les connaissances en cancérologie dans notre région.
        • Réponses à vos questions La foire aux questions du mécénat d'entreprise.
      • Programmes d'investissement Centre de référence en cancérologie en région PACA Ouest - Corse, n°1 des Centres de Lutte Contre le Cancer en région, l'Institut Paoli-Calmettes investit en permanence dans des technologies de pointe et des programmes innovants pour accélérer les diagnostics, offrir des soins de qualité et rendre les derniers progrès de la recherche accessibles à tous.
        • IPC4, soutenez la construction d'un bâtiment d'hématologie IPC 4 permettra d'optimiser la prise en charge des patients d’hématologie (leucémies, lymphomes, myélomes…), intégrera l’activité de transplantation cellulaire dans le périmètre géographique de la prise en charge des patients d’hématologie, et favorisera une recherche de pointe sur les cancers hématologiques.
        • Soutenir « Les pompiers de l’espoir » L'opération « Les pompiers de l’espoir » est née de l’initiative de Frédéric Attané, pompier, touché par un cancer du pancréas. Avec ses collègues, ils ont créé l’association « Les pompiers de l’espoir » et, ensemble, lancent un appel aux 250 000 pompiers de France et à tous ceux qui veulent les soutenir pour la lutte contre le cancer.
        • Soutenir le diagnostic sein chrono Le Dr Aurélie Jalaguier, Responsable du service de sénologie propose de mettre en place à l’IPC un dispositif original, le « Diagnostic Sein Chrono » pour augmenter les chances de guérison des femmes atteintes d’un cancer du sein et leur éviter l’angoisse de l’attente des résultats de la biopsie.
        • Soutenir la médecine personnalisée Le Pr Patrice Viens, Oncologue, et son équipe œuvrent pour mettre en place à l’IPC la médecine personnalisée, un enjeu pour la cancérologie. La médecine personnalisée repose sur l'identification des gènes responsables de la cancérisation pour des traitements ciblés, adaptés à chaque patient.
        • Soutenir la stéréotaxie - Versa HD Le Dr Michel Resbeut, Chef du service de radiothérapie, travaille pour développer la stéréotaxie à l’IPC. La stéréotaxie est une technique de repérage en 3D, qui permet de localiser et de traiter des tumeurs primitives ou des métastases. Historiquement intracrânienne, puis extra-crânienne, la technique a progressivement été étendue aux tumeurs du poumon, de la prostate et, depuis peu, du pancréas.
      • Associations De nombreuses associations soutiennent l'IPC et pour certaines, depuis plusieurs dizaines d'années. Dynamiques et créatives, elles organisent des manifestations (concert, tombola, dîner de gala, loto, ventes de produits, ventes aux enchères, courses pédestres, etc.) pour collecter des dons qui seront reversés à l'IPC pour ses programmes pilotes de diagnostics, de soins et de recherche.
        • Vos outils Les outils de promotion de vos actions de collecte pour l'IPC : affiche, stickers, dépliants.
        • Foire aux questions Foire aux questions : créer une association de collecte.
      • Faire un don ÇA NE FAIT PAS REVER, MAIS ÇA CONTRIBUE A SAUVER DES VIES ! Et toi, tu fais quoi contre le cancer ?
      • Livre d'or Livre d'or des donateurs de l'institut Paoli-Calmettes
    • Informations pratiques Se rendre à l'Institut Paoli-Calmettes et au Centre d’Information, de Prévention et de Consultation en Cancérologie (IPC2)
      • Numéros utiles Les numéros utiles et contacts de l'Institut Paoli-Calmettes.
      • S'orienter dans l'IPC L'Institut Paoli-Calmettes est composé de plusieurs bâtiments : le bâtiment principal, appelé IPC1, le bâtiment dédié aux consultations, appelé IPC2, le pôle de recherche et d'enseignement.
      • Les services à l'IPC L'ensemble des services mis à disposition des patients et de leur proche à l'Institut Paoli-Calmettes.
      • Professionnels de santé Espace dédié aux professionnels de santé.
    • Actualités & événements
  • Cancer et soins Pour l’Institut Paoli-Calmettes, l'avenir des soins en cancérologie est la mise en oeuvre d'une cartographie de la tumeur pour chaque patient, support à la mise en oeuvre de traitement ciblés.
    • Les cancers pris en charge à l'IPC A l’Institut Paoli-Calmettes, toutes les pathologies cancéreuses sont prises en charge : cancers digestifs, cancers endocriniens, cancer du sein, cancers gynécologiques, cancers hématologiques, cancers ORL, cancers de la peau, cancers thoraciques, cancers urologiques, sarcomes et autres tumeurs conjonctives.
      • Cancers digestifs L'Institut Paoli Calmettes prend en charge tous les types de cancers regroupés sous l'appellation "cancers digestifs" : du canal anal, du côlon, de l'estomac, du foie, de l'oesophage, du pancréas, du rectum, des voies biliaires
        • En savoir plus sur ces cancers Prédisposition génétique, mutation de gènes ou VIH peuvent dans certains car être à l'origine peuvent être à l'origine de cancers digestifs. Tout savoir sur la prévention de ces risques.
          • Le système FuseTM : l’endoscope qui détecte 69 % de polypes supplémentaires Parce que la détection précoce des polypes est essentielle dans le traitement du cancer colorectal, la qualité de la coloscopie diagnostique et le savoir-faire de l’équipe s’avèrent fondamentaux. Les explications du Dr. Marc Giovannini, responsable de l'unité d'échoendoscopie et d'endoscopie d'oncologie digestive de l'IPC.
          • Comment améliorer la prise en charge des cancers colorectaux : les pistes de recherche Deux axes de recherche laissent entrevoir de nouvelles perspectives : l’identification de nouvelles cibles thérapeutiques associée au développement de thérapies ciblées, et la recherche dans le sang circulant de cellules tumorales ou d’ADN tumoral. Etat des lieux avec le Pr. Jean-Luc Raoul, oncologue médical spécialisé en hépato-gastro-entérologie, responsable de l’équipe de médecine translationnelle hépato-gastro-entérologie de l’IPC.
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers digestifs à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille
        • Cancer du canal anal Peu fréquent, le cancer du canal anal ne doit pas être confondu avec le cancer du rectum. Les symptômes peuvent être similaires, néanmoins le traitement est différent : traitement curatif conservateur local par radiothérapie.
        • Cancer du côlon Les cancers du côlon et du rectum sont un problème de santé publique du fait de leur fréquence et de leur sévérité. Des signes digestifs inhabituels doivent amener à faire une coloscopie : sang dans les selles, constipation ou diarrhée récente, douleurs abdominales inhabituelles et répétées.
        • Cancer de l'estomac L’IPC à Marseille prend en charge 150 nouveaux patients par an pour un cancer de l’estomac ou de la jonction oeso-gastrique : deux expressions différentes de la même maladie. La stratégie de traitement repose en général sur une association chimiothérapie-chirurgie.
        • Cancer du foie Il existe deux types de cancers primitifs du foie : l’hépatocarcinome, le plus fréquent, et le cholangiocarcinome. L'IPC nous dispose d’un véritable éventail thérapeutique pluridisciplinaire, mixant la chirurgie, la radiothérapie, la radiologie interventionnelle, les thérapies systémiques.
        • Cancer de l'oesophage L’équipe de l’IPC a développée et amélioré une technique chirurgicale spécifique pour les cancers de l’œsophage et de la jonction œsophagique. Cette technique, appelée « voie trans-hiatale oncologique », permet de réaliser l’intervention sans ouvrir le thorax. Elle s’avère beaucoup moins invasive pour le patient.
        • Cancer du pancréas Il existe plusieurs types de cancer du pancréas : lorsque la tumeur se développe aux dépens des cellules exocrines, ce qui arrive le plus souvent,on parle d’adénocarcinome du pancréas. Les autres tumeurs potentiellement malignes du pancréas sont les tumeurs neuroendocrines. Elles sont beaucoup plus rares et leur prise en charge diffère totalement.
        • Cancer du rectum Que le diagnostic soit déjà établi (par examen clinique, rectoscopie ou coloscopie) ou qu’il y ait suspicion de cancer du rectum, l’IPC propose un bilan rectum rapide. L'institut se positionne par ailleurs sur des domaines d’innovation marquants de la prise en charge chirurgicale du cancer du rectum : Coelioscopie, robotique.
          • Cancer du rectum : préserver l’organe Eviter la chirurgie quand cela est possible, ou réduire la tumeur pour faciliter la chirurgie lorsqu’elle s’avère inévitable : en cas de cancer du rectum, quelle que soit la prise en charge proposée, les équipes mettent tout en œuvre pour préserver l’organe, sans nuire au pronostic de la maladie.
          • Le bilan rectum rapide Si un cancer du rectum est suspecté, la coloscopie diagnostique est suivie d’un bilan d’extension locorégional, avec une IRM pelvienne et une échoendoscopie rectale, et d’un bilan d’extension général avec un scanner thoraco-abdomino-pelvien.
        • Cancer des voies biliaires Les cancers des voies biliaires, souvent révélés par une jaunisse, concernent le canal cholédoque et la vésicule biliaire. Ce sont des tumeurs peu fréquentes : on compte moins de 2 000 nouveaux cas par an en France. Selon les cas, la prise en charge conventionnelle associe de la chimiothérapie et/ou de la radiothérapie et/ou une chirurgie.
      • Cancers endocriniens Les tumeurs endocriniennes se développent aux dépens des glandes endocrines (thyroïde, surrénales) ou de cellules endocrines. Les cellules endocrines sont des cellules particulières qui sécrètent des hormones ou des peptides. A ce titre, elles sont présentes dans de nombreux organes. Les cancers endocriniens sont donc susceptibles de naître en tout point de l’organisme.
        • Consultations spécialisées TNE
        • En savoir plus sur ces cancers Ressources externes pour en savoir plus sur les cancers endocriniens
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers endocriniens à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
        • Cancers de la surrénale Les tumeurs primitives de la surrénale se divisent en deux grands groupes : les corticosurrénalomes, les phéochromocytomes. Les tumeurs nées aux dépens de la partie extérieure de la glande surrénale (cortex) sont des corticosurrénalomes. Les tumeurs nées aux dépens de la medulla (partie interne) sont des phéochromocytomes.
        • Cancers de la thyroïde On distingue plusieurs types de cancers de la thyroïde : les cancers bien différenciés, les cancers anaplasiques et les cancers médullaires. Ces cancers sont les plus nombreux des cancers endocriniens.
        • Cancers et tumeurs neuroendocrines Les cancers neuroendocriniens sont en grande majorité d’origine digestive. Le pancréas et l’intestin grêle sont le plus souvent touchés, mais en réalité ce sont tous les organes du système digestif (colon, estomac, etc.) qui peuvent être atteints. Ces cancers se caractérisent également par la fréquence de leur association potentielle à des syndromes de prédisposition génétique aux tumeurs.
      • Cancers gynécologiques A l’IPC, les patientes sont prises en charge soit pour le diagnostic, soit pour la prise en charge thérapeutique initiale de tumeurs gynécologiques (Cancers du col utérin, Cancers de l'endomètre, Cancers de l'ovaire, des trompes et du péritoine, Cancers du vagin et de la vulve, Mélanomes vulvaires et vaginaux, Sarcomes de l'utérus) malignes, alors que la maladie a déjà été diagnostiquée ou dans le cadre de récidives.
        • En savoir plus sur ces cancers L’IPC est centre expert en chirurgie robotique pour toutes les indications oncologiques de la gynécologie. L'institut est centre régional de référence des cancers rares de l'ovaire, labellisé par l'InCA.
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers gynécologiques à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
        • Cancers du col utérin Certains types de papilloma virus ou HPV ont été reconnus comme les principaux agents responsables du cancer du col utérin. En octobre 2005 est sorti un vaccin contre certains papillomavirus : nommé GARDASIL. Par ailleurs, le cancer du col utérin est une des rares pathologies malignes à bénéficier d'un test de dépistage simple, indolore, fiable et facilement réalisable, qui permet de le diagnostiquer à un stade précoce.
        • Cancers de l'endomètre Le plus souvent, le diagnostic d’un cancer de l’endomètre est réalisé suite à l’apparition de saignements vaginaux survenant après la ménopause. A l’Institut, la chirurgie pour le traitement d’un cancer de l’endomètreprivilégie plus de 9 fois sur 10 la voie mini-invasive : coelioscopie conventionnelle par abord unique ou multiple, ou coelioscopie robot assistée.
        • Cancers de l'ovaire, des trompes et du péritoine L’expertise de l’équipe Cancers de l’ovaire, des trompes et du péritoine place l’IPC au rang des centres de référence pour la prise en charge de ces pathologies. Une inclusion dans un essai thérapeutique est proposée chaque fois que possible, pour permettre aux patientes répondant aux critères d’éligibilité d’accéder à des traitements innovants de chimiothérapies ou de thérapies ciblées.
        • Cancers du vagin et de la vulve Les cancers primitifs du vagin représentent moins de 1 % des cancers gynécologiques. Les cancers du vagin sont principalement des cancers de la femme adulte âgée, le pic d'incidence se situant entre 60 et 70 ans.
        • Mélanomes vulvaires et vaginaux A l’IPC, centre expert pour les tumeurs rares gynécologiques, la stratégie thérapeutique est décidée dans le cadre d’une réunion de concertation pluridisciplinaire qui, compte-tenu des particularités anatomiques de ces pathologies et de l’absence de traitement standardisé, intègre à la fois un oncologue gynécologue et un oncologue spécialiste des tumeurs cutanées.
        • Sarcomes de l'utérus Les sarcomes utérins sont des tumeurs extrêmement rares : ils ne représentent que 3 % à 7 % des tumeurs malignes du corps utérin. Le diagnostic des sarcomes de l’utérus et les traitements proposés s’intègrent à la prise en charge des tumeurs malignes rares gynécologiques, spécificité de l’Institut.
      • Cancers hématologiques La prise en charge des cancers hématologiques de l’adulte est l’une des spécificités fortes de l’IPC qui dispose d’experts reconnus au niveau international, d’unités dédiées aux prises en charge de pointe.
        • Définitions Définitions utiles sur les cancers hématologiques : Aplasie, Auto greffe, greffe autologue, Allo greffe, greffe allogénique, Blastes, Cellules NK, Cytaphérèse, Groupes et typage HLA, Moelle osseuse, Pancytopénie.
        • En savoir + cancers hémato La prise en charge des cancers hématologiques à l'IPC passe par des unités dédiées telles que l'unité ETHO et l'unité de thérapie cellulaire.
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers hématologiques à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
        • Leucémies L'origine des leucémies est située dans la moelle osseuse qui est envahie par des cellules cancéreuses immatures appelées blastes. Selon la cellule d’origine, on parle de leucémies myéloïdes ou lymphoïdes. Elles peuvent être aiguës ou chroniques.
        • Lymphomes Maladies du système lymphatique, les lymphomes se caractérisent par la prolifération anormale des lymphocytes et leur accumulation dans les ganglions lymphatiques (souvent le cou, les aisselles, l’aine), finissant par former une tumeur, et qui empêche le système immunitaire de combattre efficacement les infections
          • De fabuleux progrès dans la prise en charge des lymphomes « Dans la prise en charge des lymphomes, l’arrivée sur le marché, en 1998, du premier anticorps monoclonal utilisé dans le cadre d’un traitement d’immunothérapie a révolutionné la donne. Les anticorps monoclonaux sont des molécules capables de repérer les cellules tumorales via les protéines spécifiques présentes à leur surface (antigènes), puis de bloquer leur croissance en venant s’y fixer.
        • Myélome Le myélome est un cancer des plasmocytes. Le plasmocyte est une cellule dérivée du lymphocyte B dont la fonction normale est la synthèse des immunoglobulines (G, A, M, D visualisées à l’électrophorèse et à l’immunofixation des protéines sériques) collaborant à la défense des infections.
        • Les syndromes myélodysplasiques Les myélodysplasies ou syndromes myélodysplasiques sont un groupe hétérogène de maladies du sang chroniques. Elles se caractérisent par une baisse de la quantité et de la qualité des cellules sanguines produites par la moelle osseuse.
        • Syndromes myéloprolifératifs Plus rares que les autres cancers hématologiques, les syndromes myéloprolifératifs (SMP) regroupent un ensemble de pathologies qui ont en commun : une hyperproduction par la moelle osseuse des cellules d’une ou plusieurs lignées myéloïdes, une maturation normale ou presque normale des cellules sanguines, leur chronicité : ce sont des maladies que l’on peut généralement contrôler avec les traitements pendant de nombreuses années.
        • La prise en charge des jeunes patients L’espace FLORIAN est un lieu dédié aux jeunes patients pris en charge à l’IPC, pour leur permettre de se ressourcer et de se rencontrer dans une ambiance conviviale et agréable, comme en témoigne la décoration de l’espace voulu par l’association FLO qui a financé cet espace aux couleurs tendance, cadres avec des vues de la ville de New York, canapé et fauteuils design, équipement multimédia – écran plat, DVD, ordinateur avec accès à internet et console de jeux…
      • Cancers ORL Les cancers de la sphère ORL sont également appelés cancers de la tête et du cou ou cancers des voies aérodigestives supérieures (VADS). La prise en charge des cancers ORL s’effectue dans le cadre d’une collaboration pluridisciplinaire avec le service d’ORL et de chirurgie cervico-faciale de la Timone.
        • En savoir plus sur ces cancers Selon l'Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), organisme de référence dans la prévention des risques professionnels, une maladie est dite « d’origine professionnelle » si elle est la conséquence directe de l’exposition plus ou moins prolongée à un risque physique, chimique, ou biologique, lors de l’exercice habituel de la profession.
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers ORL à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
      • Cancers de la peau Les cancers de la peau se différencient en deux grandes catégories : les mélanomes et les carcinomes. L’IPC propose une prise en charge spécifique, et innovante, des différents types de mélanomes.
        • En savoir plus sur ces cancers Pour lutter contre les cancers de la peau, consultez spontanément un dermatologue ou profitez de la journée nationale de prévention et de dépistage des cancers de la peau.
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers de la peau à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
      • Cancer du sein Le sein, ou glande mammaire, peut être le siège d’une transformation cancéreuse. Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme : on estime qu’une femme sur huit sera touchée au cours de sa vie.
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers du sein à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
        • En savoir plus sur ce cancer L’équipe de Daniel Birnbaum, du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM), a mis en évidence le rôle du gène ZNF703 dans les formes les plus sévères de cancers du sein, le cancer luminal B.
        • Formes de cancer du sein Il existe de nombreuses formes différentes de cancers du sein. Selon sa localisation dans la glande, ses caractéristiques histologiques, la présence ou non de certains récepteurs hormonaux… la tumeur n’est pas prise en charge de la même façon.
        • Diagnostic Plusieurs examens, notamment d’imagerie, sont réalisés au sein du pôle dédié à la sénologie à l’Institut pour établir le diagnostic : mammographie, échographie, IRM, anatomo-pathologique, scintigraphie
        • Prise en charge En cas de cancer du sein, la chirurgie – pour enlever la tumeur - est un traitement standard. Pour éliminer toutes les cellules cancéreuses et augmenter les chances de guérison, d’autres moyens thérapeutiques (radiothérapie, chimiothérapie, hormonothérapie) lui sont généralement associés.
        • Traitements La radiothérapie est un traitement local, effectué en ambulatoire. Elle est particulièrement indiquée en cas de tumorectomie ou de chirurgie partielle du sein.
        • Progrès des traitements Toutes les patientes atteintes d’un cancer du sein n’ont pas besoin d’un traitement par chimiothérapie. Le recours aux médicaments dépend du grade, ou stade, et de la nature du cancer, ainsi que des antécédents médicaux de la femme. Aujourd’hui, des thérapies ciblées permettent de détruire plus efficacement les cellules cancéreuses.
        • La recherche Dans le domaine de la recherche sur le cancer du sein, trois pistes sont particulièrement prometteuses : les signatures génomiques, les thérapies ciblées, les cellules souches.
        • Octobre rose 2013 A l'occasion d'Octobre rose 2013, l'IPC a proposé une série de 16 vignettes vidéos tout au long du mois. 16 femmes (médecins, chercheuses, psychologue, assistante sociale) toutes collaboratrices de l’IPC, répondent aux questions en images dans le cadre d’Octobre rose.
        • Diagnostic sein chrono L’IPC a lancé un dispositif de diagnostic et de prise en charge rapides des cancers du sein, le « diagnostic sein chrono », pour les femmes qui présentent des anomalies cliniques ou des images mammaires suspectes lors des examens d’imagerie standard.
        • Cancer du sein et risque génétique Parfois, le risque de cancer est augmenté par une prédisposition héréditaire, évoquée par l’histoire familiale et caractérisée par la présence d'une mutation sur un gène identifié. En ce qui concerne le cancer du sein, globalement, seulement 5 % à 10 % des cancers du sein diagnostiqués sont des cancers à prédispositions génétiques prouvées. Pour toutes les personnes à haut risque génétique, l’IPC a développé un programme d’évaluation et de suivi.
        • La désescalade thérapeutique
      • Cancers thoraciques L'équipe d'oncologie thoracique de l'IPC prend en charges différentes tumeurs thoraciques : Cancer de la plèvre, Cancer du poumon, Cancer du thymus.
        • En savoir plus sur ces cancers Les cancers thoraciques peuvent être d'origine professionnelle. Selon l'INRS, organisme de référence dans la prévention des risques professionnels, une maladie est dite « d’origine professionnelle » si elle est la conséquence directe de l’exposition plus ou moins prolongée à un risque physique, chimique, ou biologique, lors de l’exercice habituel de la profession.
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers thoraciques à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
        • Cancer de la plèvre Le cancer de la plèvre, aussi appelé mésothéliome, est une forme de cancer rare qui touche le revêtement des poumons. Il est presque toujours lié à une exposition, généralement professionnelle, à l’amiante. L’inhalation de fibres d’amiante peut remonter à 40 ans plus tôt, de sorte que l’âge moyen des patients est de plus de 60 ans.
        • Cancer du poumon Le cancer du poumon est de loin le plus fréquent des cancers thoraciques. De l’ordre de 37 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année en France selon l’INCa. La pathologie est en très nette progression chez les femmes, chez qui l’incidence a triplé ces 20 dernières années. En cause : l’évolution de la consommation de tabac.
        • Cancer du thymus Le thymus est un organe qui se situe sous la thyroïde, juste derrière le sternum entre les deux poumons. Le thymus intervient dans le développement du système immunitaire chez le jeune enfant.
      • Cancers urologiques Les cancers urologiques concernent les cancers rénal et de la prostate, de la vessie, de la prostate, des reins, des testicules, du pénis et des voies urinaires hautes.
        • Les traitements médicaux des cancers urologiques Les cancers urologiques concernent les cancers rénal et de la prostate, de la vessie, de la prostate, des reins, des testicules, du pénis et des voies urinaires hautes.
        • Cancer du pénis Le cancer du pénis est rare dans nos pays occidentaux : il ne représente que 0,7 % à 0,8 % environ des cancers de l’homme adulte. Il existe plusieurs facteurs de risque : des infections dont le papillomavirus, le rétrécissement du prépuce (phimosis) et le tabagisme.
        • Cancers de la vessie Avec 10 700 nouveaux cas par an enregistré, le cancer de la vessie est en fréquence, après le cancer de la prostate, le deuxième cancer de l’appareil urinaire. Il est nettement plus fréquent chez l’homme que chez la femme. Set the Linktext in the Plugin configuration!
        • Voies urinaires hautes
        • Cancer du rein L’incidence du cancer du rein a connu une augmentation de l’ordre de 20 % en l’espace de 30 ans. Cette évolution est liée au vieillissement de la population, à l’impact de facteurs de risque reconnus - le tabac, l’obésité et l’hypertension artérielle, mais aussi à une meilleure détection de ces cancers.
        • Cancers du testicule
        • Cancer de la prostate Avec plus de 71 000 nouveaux cas par an, en France en 2011 selon l’INCa, le cancer de la prostate est au 1er rang des cancers chez l'homme et la deuxième cause de mortalité par cancer chez l’homme.
          • Chirurgie urologique : par robot téléopératoire Une chirurgie est proposée pour une tumeur localisée ou localement avancée, il s’agit toujours d’une ablation de la prostate : le chirurgien enlève la prostate en totalité et les vésicules séminales qui sont solidaires de la glande prostatique. A l’IPC, cette prostatectomie totale est réalisée avec le robot téléopératoire.
          • Traitement par curiethérapie du cancer de la prostate La curiethérapie est indiquée dans les formes précoces de cancer, localisé à la glande prostatique, avec un taux de PSA peu élevé, généralement inférieur à 15. Il est important aussi que la prostate ne soit pas trop volumineuse pour bien pouvoir la traiter. L’IPC a été l’un des premiers centres en France, avec l’Institut Curie, à développer cette technique pour la prostate, dès 1998.
          • Radiothérapie externe avec modulation d’intensité La radiothérapie externe est un traitement de référence des cancers de la prostate localisés et localement avancés. C’est un traitement qui est réalisé en ambulatoire sur 7 à 8 semaines.
          • Les recherches sur le cancer de la prostate Les équipes de l’IPC travaillent sur de nombreuses thématiques de recherche, directement ou dans le cadre de partenariats, tant en recherche fondamentale qu’en recherche clinique.
          • La chirurgie de la prostate La chirurgie de la prostate à l'Institut Paoli-Calmettes.
        • L'équipe et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les cancers urologiques à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
      • Sarcomes et autres tumeurs conjonctives L’Institut Paoli-Calmettes prend en charge environ 100 nouveaux patients par an atteints de sarcomes ou de tumeurs conjonctives bénignes, notamment dans le cadre du réseau NETSARC. Les sarcomes sont des tumeurs malignes développées aux dépens des tissus mous ou des tissus osseux.
        • En savoir plus sur ces cancers Les sarcomes sont des tumeurs malignes développées aux dépens des tissus mous (muscles, tissus fibreux, vaisseaux,...) ou des tissus osseux (os, cartilages,...).
        • L'équipe médicale et vos interlocuteurs L'équipe médicale et les interlocuteurs sur les sarcomes et autres tumeurs conjonctives à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
        • GIST Les tumeurs stromales gastro-intestinales ou « gastro intestinal stromal tumor » (GIST) se développent dans la paroi du tube digestif, sous la muqueuse. Très largement méconnues des médecins et du grand public jusqu’en 2000, les GIST ont été mises en évidence grâce aux progrès de la biologie moléculaire.
        • Sarcomes osseux Les sarcomes osseux sont encore plus rares que les sarcomes des tissus mous et touchent en général une population plus jeune. Il s’agit le plus souvent d’ostéosarcomes, de sarcomes d’Ewing ou de sarcomes des tissus mous à localisation osseuse. En raison de leur extrême rareté, l’Institut national du cancer (INCa) impose une relecture diagnostique histologique par un centre expert de toute biopsie de tumeur osseuse.
        • Sarcomes des tissus mous De la finesse et de la qualité du diagnostic d’un sarcome tissu mou dépendra le parcours thérapeutique proposé. Le plus fréquemment , l'équipe pluridisciplinaire opte pour une chirurgie première, qui constitue la base du traitement, éventuellement associée à une radiothérapie et/ou à une chimiothérapie adjuvante post-opératoire.
    • Prendre rendez-vous Vous souhaitez prendre rendez-vous à l'IPC pour une première consultation, un second avis médical ou votre suivi... Contacter le : 04 91 22 34 81, de 8h à 18h.
      • Les consultations Tous les numéros des consultations à l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille.
      • Imagerie et médecine nucléaire Prendre rendez-vous en imagerie, médecine nucléaire et sénologie à l'IPC à Marseille
      • Venir à l'IPC L'Institut Paoli-Calmettes (IPC) se situe au : 232 boulevard de Sainte Marguerite, 13009 Marseille et le Centre d’Information, de Prévention et de Consultation en Cancérologie (IPC2) au : 15 boulevard Leï Roure, 13009 Marseille
    • Le parcours de soins Votre prise en charge thérapeutique s'articule autour de traitements fondamentaux : la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie. Ils ne sont pas exclusifs les uns des autres mais souvent complémentaires pour améliorer leur efficacité.
      • L'hospitalisation : ambulatoire, conventionnelle, à domicile Une hospitalisation peut s’effectuer en ambulatoire, à l’hôpital de jour chirurgical ou médical, ou encore dans une unité conventionnelle. L’ambulatoire est une alternative à l’hospitalisation traditionnelle.
      • La prise en charge de la douleur La prévention et la prise en charge de la douleur à l'Institut est une culture et l'affaire de tous : du brancardier à l'aide soignante, en passant par le kinésithérapeute, le chirurgien, le manipulateur radio...
      • Le soutien psychologique Pour aider les patients à répondre à ces questions, à faire face à la maladie, à s’adapter au quotidien à de nouvelles conditions de vie, l’équipe du département de Psychologie Clinique propose et organise, tant en consultation à l’IPC2 qu’en unités d’hospitalisation, des prises en charge psychologiques individuelles, totalement intégrées au projet de soins.
      • Qualité de vie et mieux-être Le département de Psychologie Clinique de l’IPC propose aux patients un éventail de « Recours et Offres Complémentaires » : sophrologie, hypnose clinique, ostéopathie, art-thérapie. Ces soins, utilisés en plus des traitements conventionnels, contribuent à l’amélioration de la qualité de vie et au mieux-être.
      • Oncogénétique Les cancers sont des maladies dans lesquelles des anomalies génétiques sont systématiquement retrouvées au niveau de la tumeur. Parfois, une mutation directement impliquée dans le développement d’une tumeur est présente dans toutes les cellules d’une personne dès sa naissance. On dit que cette mutation est « héréditaire ».
      • Les essais cliniques Les essais cliniques sont tous organisés au sein de l'Institut, dans le cadre de recherches strictement réglementées, faisant l'objet d'un suivi et d'évaluations protocolaires. L’augmentation constante du nombre d’essais cliniques permet d’inclure un plus grand nombre de patients éligibles et de favoriser ainsi l’accès aux molécules innovantes. Cela ouvre d’autres perspectives de soins.
      • Onco-gériatrie L’onco-gériatrie allie deux approches, celle des oncologues et celle des gériatres, afin de prendre en charge le cancer en tenant compte des phénomènes du vieillissement, que celui-ci soit sain ou pathologique, dans le cadre d’une approche globale du patient.
      • Adolescent et Jeune Adulte Si vous avez moins de 30 ans, une consultation adaptée à vos besoins vous est systématiquement proposée.
    • Vos droits, vos aides Une prise en charge sociale peut être totalement intégrée à votre parcours de soins. L’équipe d’assistantes socio-éducatives de l’IPC vous écoute, vous informe, vous accompagne et vous aide à résoudre différents problèmes.
      • Abécédaire de vos droits Abécédaire de vos droits
      • Le droit à l'oubli
      • Les recours à l’IPC Si vous souhaitez faire part de remarques, adresser une réclamation, ou si vous pensez avoir constaté une anomalie dans votre prise en charge, des instances de recours existent à l’IPC. Vous pouvez saisir, en exposant votre plainte ou votre réclamation.
      • Votre prise en charge sociale Chaque jour, les assistantes socio-éducatives de l'IPC rencontrent des patients de tous âges, de très jeunes adultes comme des personnes âgées, ou les familles, dans leur bureau et dans les chambres.
      • Qualité et sécurité de vos soins Sécurité des soins, sécurité des patients : dans un Centre de Lutte Contre le Cancer, l’enjeu doit être pris en compte à sa juste mesure, comme une priorité.
      • Participez à votre prise en charge Lors de votre venue à l’Institut, plusieurs professionnels de santé sont amenés à vous demander votre nom, votre prénom, etc. C’est normal : vérifier votre identité à chaque étape de votre prise en charge fait partie d’un protocole obligatoire et constitue un gage de sécurité.
      • Les aidants
    • Équipes et unités de soins L’Institut Paoli-Calmettes à Marseille prend en charge plus de 25 000 patients par an, dont 7 600 nouveaux patients. Plus de 1 300 professionnels assurent leur prise en charge au quotidien, dans tous les domaines.
      • Admissions imprévues Les admissions imprévues permettent de mieux gérer l’accueil des patients quand la place manque dans les services dédiés.
      • Ambulatoire A l’IPC, deux hôpitaux de jour accueillent les patients dans le cadre de la prise en charge en ambulatoire : l’hôpital de jour médical, dédié aux traitements et au suivi, et l’hôpital de jour chirurgical, pour des actes diagnostiques ou interventionnels réalisés au bloc ou en imagerie médicale.
        • Hôpital de jour chirurgical Environ 3 500 prises en charge sont réalisées au cours d’une année à l’hôpital de jour chirurgical, en ambulatoire. Les patients arrivent donc le matin et repartent en fin de journée. Tous se déplacent pour un acte effectué dans un bloc opératoire ou dans une salle d’imagerie interventionnelle, sous anesthésie générale ou loco-régionale.
        • Hôpital de jour médical Chaque patient, quelle que soit sa pathologie, est appelé à venir régulièrement à l’hôpital de jour médical pendant toute la durée de sa prise en charge thérapeutique, pour : une cure de chimiothérapie, ou un traitement effectué dans le cadre d’un nouveau protocole thérapeutique, une transfusion sanguine, un suivi de greffe, une cytaphérèse.
        • Témoignage patiente Isabelle, 56 ans : A partir du moment où je suis rentrée à l’IPC, la prise en charge a été exceptionnelle
      • Département Anesthésie et Réanimation L’anesthésie et la réanimation sont des activités transversales à l’ensemble des pathologies cancéreuses prises en charge à l’IPC. Le département d’anesthésie et de réanimation compte deux unités de soins : l’unité d’anesthésie et l’unité de réanimation.
      • Biologie du cancer Organisation unique, le département de Biologie du Cancer de l’IPC regroupe la totalité des activités de biologie de l’hôpital, clef de voûte de l’activité de diagnostic, de pronostic et de prise en charge thérapeutique ciblée, mais aussi les équipes de recherche translationnelle qui assurent le lien entre la prise en charge à l’hôpital et les équipes de recherche du CRCM.
        • Biopathologie La biopathologie réalise pratiquement toutes les analyses qui permettent, pour chaque patient, d’établir le diagnostic à partir duquel le clinicien définit le traitement le mieux adapté à la maladie, ou encore propose l’intégration à un essai clinique.
        • Oncogénétique moléculaire Au quotidien, s’appuyant sur des plateaux techniques de séquençage somatique et constitutionnel, le secteur d’oncogénétique moléculaire réalise des analyses de génétique moléculaire constitutionnelles et des analyses de génétique somatique.
        • Centre de Thérapie Cellulaire Le Centre de Thérapie Cellulaire a pour mission de produire et de mettre à disposition des préparations de thérapies cellulaires utilisées pour le programme de greffes de cellules souches hématopoïétiques de l’IPC et du CHU de Marseille.
        • Tumorothèque A l’interface entre la clinique et la recherche translationnelle, la tumorothèque de l’Institut est l’une des plus actives au sein de l’hexagone. Les activités de conservation d’échantillons biologiques pour permettre leur usage ultérieur dans le cadre de projets de recherche existent à l’Institut Paoli-Calmettes depuis 1982.
        • Biologie des tumeurs L’équipe de recherche de Biologie des tumeurs étudie le patrimoine génétique des cellules cancéreuses à la recherche d’altérations.
        • Immunologie des tumeurs A l’heure actuelle, environ 20 % des nouveaux médicaments en cours d’essais en cancérologie relèvent de biothérapies ou d’immunothérapies. C’est-à-dire de traitements venant agir sur la biologie des cellules cancéreuses et/ou sur les interactions entre le système immunitaire et la tumeur.
        • Pharmacologie moléculaire Le secteur de pharmacologie moléculaire développe deux activités de recherche translationnelle : Une activité de recherche de biomarqueurs protéiques et une activité d’essais précliniques de nouvelles molécules thérapeutiques, in vitro et in vivo (plateforme TrGET).
      • Chirurgie oncologique La chirurgie oncologique à l'IPC est divisée en deux départements : le département de chirurgie oncologie digestive et le département de chirurgie oncologie générale et gynécologique.
      • Département d’anticipation et de suivi du cancer Le département d’anticipation et de suivi du cancer de l’IPC met à la disposition, de la population et des professionnels de santé de PACA et de Corse, une offre de services élargissant le cadre traditionnel des soins en cancérologie, en ciblant l’avant et l’après-cancer.
      • Département transversal d’Interventions Mini-Invasives Afin de développer le recours aux approches mini-invasives - Écho-endoscopies, chirurgie robotisée, radiologie interventionnelle - et de créer des passerelles entre professionnels, l’IPC a créé le DIMI - pour Département transversal d’Interventions Mini-Invasives.
      • Echoendoscopie Plus précise que le scanner ou l’IRM, unique pour le diagnostic des tumeurs digestives, l’échoendoscopie est une technique mixte qui combine l’endoscopie et l’échographie.
      • Evaluation Thérapeutique-Onco-Hématologie Agréée par l’ARS, labellisée centre d’essais cliniques de phases précoces en cancérologie par l’INCA, et unique plateforme d’évaluation de nouvelles molécules pour la région PACA, l’unité Evaluation Thérapeutique-Onco-Hématologie (ETOH) répond à l’un des axes stratégiques de l’IPC : développer la médecine translationnelle.
      • Hospitalisation à domicile (HAD) L’hospitalisation à domicile est une hospitalisation spécifique avec, comme son libellé l’indique, une prise en charge au domicile du patient concerné, lui évitant ainsi un déplacement en hôpital de jour médical.
      • Imagerie médicale Le service d’imagerie médicale fait partie du plateau médico-technique de l’IPC, qui regroupe la radiothérapie, la médecine nucléaire et la physique médicale. L’imagerie joue aujourd’hui un rôle majeur dans la prise en charge des pathologies cancéreuses.
        • Imagerie de la femme Le pôle d’imagerie de la femme, dédié aux cancers du sein et aux cancers gynécologiques, est appelé à évoluer totalement à l’horizon 2016, pour devenir une entité indépendante bénéficiant, grâce à de nouveaux investissements, d’un plateau médico-technique exclusif.
        • L'imagerie diagnostic oncologique Qu’elle soit effectuée avec des techniques conventionnelles ou basée sur le prélèvement de tissu tumoral, l’imagerie diagnostique permet de réaliser : le bilan étiologique de la maladie, le bilan d’extension général, afin de mieux orienter les traitements, puis le suivi, pour évaluer la réponse de la maladie aux traitements, le diagnostic des complications et le diagnostic éventuel des récidives.
        • L'imagerie interventionnelle diagnostique L’imagerie interventionnelle diagnostique permet de repérer la tumeur sous le contrôle de l’imagerie (rayons X, échographie ou scanner), puis d’effectuer des prélèvements de tissu tumoral, grâce à une aiguille fine, que le radiologue va positionner au sein de la tumeur à travers la peau.
        • L'imagerie interventionnelle thérapeutique La prise en charge thérapeutique des pathologies cancéreuses fait de plus en plus appel à des techniques mini-invasives guidées par l’imagerie : thermo-ablation percutanée, chimio-embolisation, radio-embolisation. Aujourd’hui, la radiologie interventionnelle thérapeutique constitue une technique alternative ou combinée à la chirurgie.
          • Les thermothérapies Depuis 2011, pour certains patients et certaines localisations tumorales, l’IPC pratique la « cryothérapie », une méthode qui peut être une alternative à la chirurgie pour certains patients. La cryothérapie est une technique récente dans le traitement de certains cancers, dont le principe est d'éliminer des tumeurs grâce au froid.
          • Cancers métastatiques : les apports de la radiologie interventionnelle Dans certains cas de cancers métastatiques, en association avec une prise en charge de chimiothérapie, la radiologie interventionnelle peut constituer une réelle alternative pour ralentir l’évolution de la maladie voire détruire les métastases. Le point avec le Dr. Gilles Piana, responsable de l’unité de radiologie interventionnelle de l’IPC.
      • Médecine nucléaire La médecine nucléaire consiste à administrer au patient par voie intraveineuse ou par voie sous cutanée, plus rarement par voie buccale, un radio-pharmaceutique marqué avec une faible activité de radioactivité. Ces traceurs radioactifs sont absorbés par les cellules et suivent le métabolisme cellulaire de l’organe que l’on cherche à étudier.
      • Pharmacie Toutes les chimiothérapies sont fabriquées sur place à l’IPC. Chaque prescription est validée par un pharmacien. Tout au long de la chaîne de fabrication, jusqu’à la dispensation en hôpital de jour, en unité d’hospitalisation ou en Hospitalisation à Domicile, chaque étape est minutieusement contrôlée et normalisée.
      • Physique médicale Le service de physique médicale travaille avec l’ensemble des services médicaux de l’Institut qui utilisent des rayonnements ionisants à des fins diagnostiques ou thérapeutiques : principalement la radiothérapie, la médecine nucléaire, l’imagerie médicale.
      • Psychologie clinique L’IPC propose une prise en charge globale des patients, dans laquelle le soutien psychologique est partie intégrante des soins, pour aider le patient et ses proches. Tout au long du parcours thérapeutique à l’IPC, le suivi est assuré par une équipe médicale pluridisciplinaire qui compte des psychiatres et psychologues.
        • La vie après un cancer Pourquoi « ça va mal » quand ça devrait aller mieux ? Le docteur Patrick Ben Soussan revient sur les difficultés, paradoxales à première vue, de la guérison – ou rémission : la vie psychologique de la guérison ne coïncide pas toujours avec le temps physiologique de disparition de la maladie…
        • Soins complémentaires Pour soulager les effets secondaires et gagner en confort physique et moral face à des traitements médico-chirurgicaux lourds, de nombreux patients atteints de cancer font appel à des soins divers, sortant de la médecine « conventionnelle », ceux que l’on désigne à l’IPC comme les ROC, pour Recours et Offres Complémentaires, des soins non médicamenteux…
        • Les goûters de l’IPC Les Goûters de l’IPC proposent un espace de dialogue pour les enfants, et leurs parents, chaque dernier mercredi du mois de 16h30 à 17h30.
        • Parlons-en ensemble Le Département Psychologie Clinique de l'Institut Paoli-Calmettes propose des groupes de rencontres et d'échanges, ouverts aux patients (hospitalisés ou non) et à leur entourage.
      • Radiothérapie Plus de cent ans après sa découverte, la radiothérapie ne cesse d’évoluer et elle est un recours contre près de deux-tiers des cancers.
      • Service hôtelier Offrir aux patients les meilleures conditions de séjour possibles, les prendre en considération et répondre au mieux à leurs attentes : telles sont les missions, au coeur de l’hôpital, du service Hôtelier.
        • Management environnemental Le service Hôtelier prend également en charge, de façon transversale, le management environnemental de l’Institut. 1er établissement hospitalier français à avoir obtenu la certification européenne environnementale EMAS, l’Institut Paoli-Calmettes met tout en œuvre pour minimiser les incidences de son activité sur l’environnement.
      • Service social Le service social accueille les patients et/ou leurs proches résidant dans la région PACA et en Corse. 5 assistantes socio-éducatives sont dédiées à cette prise en charge sociale. Chaque jour, elles rencontrent des patients de tous âges, dans leur bureau et dans les chambres.
      • Mini série "Notre quotiden contre le cancer"
    • L’après-cancer En 2011, l’IPC a lancé un dispositif pilote « après-cancer » répondant aux mesures du Plan Cancer 2009-2013. Il s’agit, une fois le parcours thérapeutique de soins terminé : de suivre les patients, de mieux prévenir les risques de cancer futur et d’apporter un soutien psychologique et social.
    • Prévention Le cancer n’est jamais dû à une seule cause. Certaines causes (tabac, amiante, âge, alcool, etc.) augmentent le risque qu’une personne développe la maladie. C’est ce que l’on appelle des facteurs de risque. Vos risques personnels dépendent à la fois de vos caractéristiques biologiques, de votre style de vie, de votre environnement familial et professionnel.
      • Activités physiques Les activités physiques adaptées sont de plus en plus reconnues comme bénéfiques pour stimuler le bien-être des patients atteints de cancer, pendant l’épreuve de la maladie, mais aussi après.
      • Alcool Les études récentes incitent à une meilleure connaissance de sa propre consommation d'alcool et le lien avec le risque de cancer est établit.
      • Alimentation Quelques habitudes saines suffisent pour réduire votre risque de cancer. Prenez la décision de commencer dès maintenant. Adopter de nouvelles habitudes saines ne signifie pas renoncer à vos aliments favoris et changer votre mode de vie du tout au tout.
      • Environnement L’environnement, aussi bien dans le domaine privé que professionnel, contient des éléments susceptibles d’être ou de se révéler plus tard comme cancérogènes ou facteurs d’augmentation de risque.
      • Oncogénétique Pour certaines personnes, hérédité oblige, le risque de développer tel ou tel cancer est plus marqué que pour d’autres. Pour autant, il ne faut pas confondre risque génétique et fatalité. Les cancers sont des maladies dans lesquelles des anomalies génétiques sont systématiquement retrouvées au niveau de la tumeur.
      • Soleil La plupart des cas de mélanome découlent clairement d'une exposition aux UV. Un mélanome se prépare souvent dans l'enfance ou l'adolescence, lors de coups de soleil répétés, sur la même zone du corps. Ces coups de soleil et une exposition aux mauvaises heures constituent le risque majeur.
      • Surpoids Une hausse de 5 points de l'IMC augmente par exemple de 8% le risque de cancer du sein et de 31% le risque de cancer du rein. Globalement, 4% sont attribuables au surpoids et à l'obésité.
      • Tabac Le tabac est la 1ère cause de cancer et la 1ère cause de mortalité évitable. En France, il est responsable de 66 000 décès par an dont un quart des décès par cancer, soit plus de 30 000 morts par an.
    • Actualités & évènements
  • Recherche A L'IPC, la Recherche fait partie prenante de l’activité de soins. A l’Institut Paoli-Calmettes, pour faire progresser les connaissances en cancérologie, médecins et scientifiques s’impliquent dans des projets communs innovants, qu’ils soient dans le champ de la biologie fondamentale ou des essais cliniques.
    • Recherche en biologie Le continuum entre la recherche fondamentale, la recherche translationnelle et la recherche clinique est la marque de fabrique de la recherche à l’IPC.
    • Sciences humaines, économiques et sociales L’Institut Paoli-Calmettes a été le 1er premier centre hospitalier Français spécialisé en cancérologie, le premier Centre de Lutte Contre le Cancer, à intégrer en son sein une unité de recherche en sciences humaines économiques et sociales de la santé, pour favoriser l’intégration des SHES à la recherche biologique et clinique en cancérologie.
    • Plateformes technologiques Pour conduire leurs recherches mais aussi améliorer au quotidien le diagnostic, le traitement et le suivi des patients, les cliniciens et les scientifiques de l’IPC et du CRCM bénéficient d’ingénieries et de plateformes technologiques de pointe qui analysent le processus tumoral au niveau du gène et de la cellule.
      • Imagerie médicale
      • Microscopie et Imagerie Scientifique La plateforme MISc intervient sur des projets de recherche fondamentale ou de recherche translationnelle. Elle met à la disposition des équipes des outils de microscopie performants, ainsi qu’un ingénieur ressource, pour étudier ce qui se passe dans les cellules, saines et tumorales.
      • Carte d’identité des tumeurs les informations produites par les différentes plateformes de l'Institut Paoli-Calmettes à Marseille permettent aujourd’hui de prédire la fonction des gènes et protéines dans la formation des cancers, leur développement et leur dissémination.
        • Oncogénomique moléculaire Cette plate-forme permet la détection des altérations du génome et / ou de son expression dans les tumeurs à des fins de diagnostic, ainsi qu'à des fins de recherche.
        • Protéomique et spectrométrie de masse Les approches protéomiques permettent l'analyse simultanée et à grande échelle de protéines présentes dans des échantillons, à la fois à des fins médicales (diagnostic, pronostic) et de recherche fondamentale.
        • Plateforme de bioinformatique intégrative l’équipe de la plateforme de bioinformatique intégrative (Cibi) collecte, intègre, croise et analyse des données génomiques et d’expression (ARN, protéines), en tenant compte des connaissances théoriques et des contraintes physico-cliniques.
        • Datacentre d'Informatique Scientifique du CRCM (DISC) Ces dernières années, de nouvelles méthodes de recherche, dites « in silico », se sont développées. Ces nouveaux procédés, basés sur la simulation par ordinateur ou sur la modélisation, nécessitent une infrastructure de calcul et de stockage hautement performante.
        • Histo-Pathologie expérimentale (ICEP) La plateforme d’Histo-Pathologie expérimentale est une unité de support dédiée à tous les projets de recherche (recherche fondamentale ou projets de recherche appliquée à la clinique) intégrant une dimension histologique.
      • Tumorothèque Outil partagé entre la clinique et la recherche translationnelle, la tumorothèque de l’Institut, qui compte plus de 200 000 échantillons (tissus, cellules sanguines, sérum, ADN, ARN), est l’une des plus actives au sein de l’hexagone.
      • Modèles In vitro, In vivo TrGET est une plateforme d’essai préclinique, spécialisée dans la mise en œuvre et le développement de tests in vitro et in vivo permettant d’évaluer l’implication d’un gène cible dans la tumorigenèse ou l’activité biologique de composés anti-tumoraux à potentiel thérapeutique.
        • Laboratoire de transgénèse Le laboratoire de transgénèse produit des modèles animaux génétiquement modifiés à partir de cellules souches embryonnaires de souris (cellules ES). Ces cellules totipotentes sont elles-mêmes manipulées de façon à surexprimer, modifier ou supprimer des gènes d’intérêt pour la cancérologie.
        • Plateforme INT-3D L’outil informatique apporte aujourd’hui une aide précieuse pour mieux comprendre les processus biologiques intervenant au niveau moléculaire, puis mettre rapidement en évidence de nouvelles approches susceptibles d’interagir avec ces différents processus
        • Plateforme culture cellulaire Très en amont des essais cliniques, la culture cellulaire appartient au monde de la recherche fondamentale. C’est un maillon clé, une étape indispensable, dans le processus de développement d’un médicament.
        • Animalerie Comme tout Centre de Lutte Contre le Cancer développant une forte activité de recherche, l’Institut Paoli-Calmettes dispose d’une animalerie permettant de tester in vivo des hypothèses thérapeutiques qui, pour certaines, deviendront les traitements de demain.
        • Plateforme TrGET En tant que plateforme préclinique de l’IPC, TrGET s’est spécialisée dans la mise en œuvre et le développement de tests in vitro et in vivo. Véritable passerelle entre les équipes de recherche fondamentale et les cliniciens de l’Institut.
      • Immunomonitoring L’immunomonitoring consiste à analyser des paramètres immunologiques. La plateforme – laboratoire dirigée par Daniel Olive est pour sa part spécialisée dans le suivi immunologique de patients inclus dans un certain nombre d’essais précoces de phase I.
      • Cytométrie La cytométrie de flux est une technique qui consiste à identifier des cellules, ou encore des micro particules, à partir de prélèvements sanguins ou de tissus tumoraux.
      • Nanobodies La plateforme, codirigée par Daniel Baty et Patrick Chames, est dédiée au développement de nanobodies, petits fragments d’anticorps particulièrement intéressants pour l’immunothérapie et l’imagerie.
      • Biothérapies Les biothérapies sont des thérapeutiques radicalement nouvelles, basées sur la biologie : leur fabrication fait en effet appel à des procédés biologiques, voire à la copie de molécules naturelles du corps humain.
      • Centre de traitement des données CTD Le Centre de Traitement des Données est une structure pluridisciplinaire qui associe des médecins, des gestionnaires de données, des méthodologistes, des statisticiens et des techniciens de recherche clinique.
    • Médecine translationelle La nouvelle médecine personnalisée qui conjugue biomarqueurs, médicaments ciblés et imagerie moléculaire a non seulement contribué à rajouter beaucoup de science et de technologies dans la clinique mais aussi beaucoup de clinique dans la recherche : toutes les nouvelles cibles thérapeutiques découvertes en cancérologie ont nécessité à la fois la création de modèles expérimentaux et l’étude d’échantillons de patients.
      • Médecine moléculaire et prédictive La prise en charge des cancers est en train de changer de paradigme : le développement de la médecine moléculaire et prédictive, basée sur la connaissance des altérations génomiques, ouvre la porte à de profonds bouleversements, tant au niveau du diagnostic que de la décision thérapeutique.
      • Hématologie L’équipe de recherche en onco-hématologie associe les cliniciens du département d’onco-hématologie, les spécialistes du diagnostic hématologique du département de bio-pathologie, plusieurs équipes de chercheurs du CRCM, quatre plateformes technologiques et les plateformes communes aux équipes de recherche de l’Institut.
      • Cancer du sein Les cancers du sein sont au cœur de cette nouvelle médecine personnalisée qui mobilise chercheurs, cliniciens et industriels. Quel est l’impact de cette « nouvelle médecine » dans le diagnostic et le traitement des cancers du sein ?
      • Cancers digestifs L’équipe recherche s’inscrit au cœur des activités de l’une des plus grosses unités de soins de l’Institut, en terme de nombre de patients (nous traitons chaque année près de 1 400 patients) et de médecins (l’unité associe 5 chirurgiens digestifs, 4 gastro-entérologues, 3 radiologues, 2 anatomopathologistes, 1 radiothérapeute, 1 médecin nucléaire et 3 oncologues médicaux).
      • Urologie L’équipe de médecine translationnelle en urologie associe les cliniciens du département d’urologie, plusieurs équipes de recherche du CRCM, le responsable de la cellule recherche translationnelle de l’IPC et les plateformes communes des équipes de recherche de l’Institut.
    • Essais cliniques Le DRCI coordonne tous les essais cliniques menés à l’IPC. Il permet de développer l’accès des patients aux molécules innovantes.
      • Essais en cours
      • Information des Patients L’essai clinique est l’ultime étape avant l’autorisation officielle de mise sur le marché d’un médicament ou de mise en œuvre d’une technique thérapeutique (traitement chirurgical, traitement de radiothérapie, technique d’imagerie).
      • Information des promoteurs l’Institut Paoli-Calmettes prend en charge l’ensemble des pathologies cancéreuses, hormis les cancers pédiatriques, et parallèlement à l’activité de soins, développe de nombreux projets de recherche.
      • Monitoring biologique La tumorothèque de l’Institut assure la prise en charge de tous les échantillons prélevés aux patients dans le cadre des essais cliniques.
      • Département de la recherche clinique et de l'innovation DRCI Département médical transverse, plateforme - support aux activités de recherche clinique et translationnelle, le Département de la Recherche Clinique et de l’Innovation (DRCI) prend en charge l’ensemble des essais cliniques, en termes organisationnels, logistiques, réglementaires.
      • Centre de traitement des données CTD
      • Centre d'essais précoces ETOH L’unité d’Evaluation Thérapeutique en Onco-Hématologie (ETOH) est une unité hospitalière de l’IPC dédiée aux essais cliniques de phases précoces (phases I et II).
    • Recherche et développement Pour valoriser les résultats de ses recherches, l’IPC vient de créer une plateforme de recherche et développement dédiée à la découverte de nouvelles molécules issues de la chimie, candidats-médicaments : IPC Drug Discovery.
    • Actualités & évènements
  • Enseignement et formation L'Enseignement en Cancérologie constitue l'une des missions fondamentales de l'Institut. Sous l'égide d'Aix-Marseille Université et en étroite collaboration avec le Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille, l'Institut propose différents diplômes afin de partager son expertise et ses innovations.