Radiologie interventionnelle

Une efficacité équivalente à la chirurgie pour les petites tumeurs, peu de complications, et de courtes durées d’hospitalisation.

La radiologie interventionnelle, alternative ou complémentaire à la chirurgie

 L’imagerie interventionnelle utilise l’imagerie pour guider des instruments miniaturisés et intervenir sur les tumeurs à des fins diagnostiques et/ou thérapeutiques. Elle offre aux patients de nombreux avantages : une efficacité équivalente à la chirurgie pour les petites tumeurs, peu de complications, et de courtes durées d’hospitalisation.

Nous avons pour objectif de devenir un centre de référence en imagerie interventionnelle oncologique, ouvert au plus grand nombre. En restructurant l’ensemble de nos activités autour de ce nouveau bloc, avec une équipe dédiée et un haut niveau d’exigence, nous offrons aux patients des conditions de sécurité optimales, une expertise dans un domaine en plein essor. De plus, nous avons considérablement réduits les délais de prise en charge pour une biopsie comme pour un traitement. Gilles Piana – responsable de l’unité d’imagerie interventionnelle

Le BRIO (bloc de radiologie interventionnelle oncologique) de l’Institut Paoli-Calmettes dispose de son propre scanner et l’expertise de l’Institut Paoli-Calmettes est reconnue pour deux grandes familles de traitements par radiologie interventionnelle, qui sont :

La thermo-ablation, qui regroupe plusieurs techniques : 

  • la radiofréquence, 
  • les micro-ondes, 
  • la cryothérapie.

Dans tous les cas, il s’agit de détruire les cellules cancéreuses par le chaud (micro-ondes, radiofréquence) ou par le froid (cryothérapie), grâce à une sonde de petite taille introduite au sein de la tumeur.

Les traitements intra-artériels, qui regroupent plusieurs techniques :

  • la chimioembolisation,
  • la radioembolisation, 
  • et la pose de cathéters intra-artériels. 
id Lorem in venenatis, lectus venenatis Aliquam

[ IMPORTANT ⚠️ ] Vous avez séjourné à l'étranger ?

Suite aux dernières recommandations ministérielles, les patients ayant séjourné à l’étranger dans les 14 derniers jours devront réaliser systématiquement un dépistage virologique (prélèvement Rhino Pharyngé RT PCR) avant une consultation ou une hospitalisation.

En cas de résultat positif le médecin référent devra être contacté avant la venue à l’institut.

L’arrêté du 24 juillet 2020 du ministère des solidarités et de la santé autorise désormais tout assuré social à réaliser ces prélèvements sans prescription médicale.

INFORMATIONS ACCOMPAGNANTS ET PATIENTS | MESURES COVID-19 : ici.