Se faire vacciner contre la grippe, plus que jamais une nécessité !

ÉVITEZ la confusion avec les symptômes du COVID-19, faites vous vacciner contre la grippe !

Cet année, les virus de la grippe et du COVID-19 vont circuler en parallèle et sont tous deux particulièrement dangereux pour les plus fragiles. C’est pourquoi, patients de l’IPC – plus encore cet année -, il vous est conseillé(e) de réaliser le vaccin contre la grippe.

« Les vaccins constituent l’un des moyens les plus utiles pour protéger les individus pendant les épidémies. C’est une notion que certains ont tendance à oublier alors que certaines maladies infectieuses ont été quasiment éradiquées par le biais de la vaccination », déclare le Dr Pierre BERGER, Infectiologue et Président du Groupe de prévention des infections en cancérologie.

Le vaccin contre la grippe, en résumé :

 

  • Aide à se protéger.
  • Aide à protéger les autres en limitant le risque de transmission.
  • Réduit les risques de complications graves et l’hospitalisation.
  • Est bien toléré, même si surviennent des effets indésirables tels qu’une petite fièvre ou une douleur au point d’injection.
    Il ne peut pas transmettre la grippe – Le vaccin antigrippal étant composé de souches inactives du virus.
  • Est exempt de tout adjuvant à base de sel d’aluminium.
  • Permet d’éviter la confusion avec la COVID-19.

COMMENT me faire vacciner ?
Théoriquement, vous devriez recevoir depuis l’Assurance Maladie, un Formulaire Cerfa de prise en charge du vaccin anti-grippal.*

QUAND me faire vacciner ?
Dès le 13 octobre, date du lancement de la campagne de vaccination.

*Le médecin traitant vous délivra ainsi une prescription pour le vaccin établie sur un formulaire Cerfa.
Si tel n’est pas le cas, vous pouvez vous adresser à votre équipe soignante à
l’Institut Paoli-Calmettes.

Quelles recommandations concernant les vaccins pour les patients atteints d’un cancer ?

La vaccination est recommandée dès le diagnostic de cancer. 

En effet, si vous êtes en cours de chimiothérapie, vous pouvez présenter, entre autres, un risque important de grippe grave et d’infections invasives à pneumocoques.  C’est pourquoi, des recommandations vaccinales spécifiques existent pour votre situation.

Idéalement, tout patient doit ainsi se mettre à jour vis-à-vis du calendrier vaccinal : se vacciner contre  le pneumocoque*,  et réaliser le vaccin contre la grippe chaque année.

*Si cela n’a pas été le cas, pas d’inquiétude, la vaccination reste possible juste avant la cure de chimiothérapie, ou encore entre deux cures.

Alors, n’hésitez plus ! Par ailleurs, l’un des problèmes qui se posera cet hiver, en pleine épidémie de grippe, sera de distinguer les malades atteints du coronavirus et ceux de la grippe. Ainsi, face à une personne vaccinée, le diagnostique de la grippe sera plus facilement exclu et évitera les « hésitations » entre la Covid-19 et la grippe.

4 idées reçues sur la vaccination contre la grippe

Idée reçue n° 1 – La grippe n’est pas une maladie grave
La grippe est une maladie contagieuse qui guérit spontanément le plus souvent. Cependant, elle peut entraîner des complications sérieuses et être dangereuse chez certaines personnes fragiles, notamment atteintes d’un cancer.

Idée reçue n° 2 – Le vaccin contre la grippe saisonnière n’est pas efficace
Si le vaccin n’assure pas une protection à 100 %, il réduit cependant les risques de complications et de formes graves.

Idée reçue n° 3 – Le vaccin contre la grippe est dangereux
Les effets indésirables des vaccins sont connus, transitoires et bénins ; il s’agit de douleur, d’inflammation au point d’injection, de fièvre. Il est bien plus dangereux d’avoir la grippe que de se faire vacciner.

Idée reçue n° 4 – J’ai été vacciné l’année dernière, donc, je n’ai pas besoin de me faire vacciner de nouveau cette année
La composition du vaccin contre la grippe saisonnière est actualisée tous les ans ; les virus qui circulent peuvent être différents d’une année à l’autre.

elementum eleifend dictum efficitur. Sed justo dapibus ultricies ante. risus. tristique