L’Hormonothérapie

L’hormonothérapie consiste à agir sur certaines hormones qui stimulent les cellules cancéreuses.

Certains cancers, notamment parmi les cancers du sein et de la prostate, sont sensibles aux hormones sexuelles (œstrogènes, progestérone ou testostérone) : celles-ci stimulent la croissance des cellules cancéreuses. En allant diminuer l’effet de ces hormones sur ces cellules cancéreuses, on les empêche de proliférer.

Deux stratégies existent :

  • bloquer la production des hormones,
  • ou empêcher leur action au niveau de la tumeur.
t

pour quels cancers ?

Les principaux cancers hormonodépendants sont les cancers du sein, de la prostate, du corps de l’utérus et certains cancers de l’ovaire.

L’hormonothérapie, dont la durée peut varier de 5 à 10 ans dans les cancers du sein localisés, a pour but de diminuer le risque de récidive, avec des gains pouvant aller de 30 à 50%.

Elle peut également se prescrire au long cours dans les cancers de la prostate ou les tumeurs métastatiques.

De nouvelles combinaisons et médicaments sont disponibles depuis quelques années dans les cancers du sein et de la prostate. De plus, de nouvelles pistes d’amélioration de leur efficacité et de réduction de leurs effets secondaires sont à l’étude dans des centres experts comme l’IPC.

hormonothérapie-ipc

effets secondaires

Ces traitements s’accompagnent fréquemment d’effets secondaires du fait du blocage hormonal. Ces effets secondaires sont exceptionnellement graves mais la chronicité du traitement peut induire des retentissements importants sur la qualité de vie des patients. Parlez-en avec votre équipe soignante.

Nos actualités

Leucémies aiguës : La découverte d’une molécule ciblant le fer peut permettre de traiter les leucémies résistantes aux traitements conventionnels 7 décembre 2021 - Dans une étude publiée dans le journal Cancer Discovery, le Dr Sylvain GARCIAZ, Institut Paoli-Calmettes/CRCM, et ses collègues du Peter MacCallum Cancer Centre à Melbourne et de l’Institut Curie, décrivent…
Cancer de la prostate – A l’Institut Paoli-Calmettes (IPC), le dépistage à l’ère de l’IRM spécialisée. La désescalade thérapeutique possible grâce à la surveillance active 29 novembre 2021 - A l’Institut Paoli-Calmettes, la « détection précoce », ou dépistage individuel, du cancer de la prostate est déployée pour apporter une meilleure réponse aux patients, prévenant ainsi la maladie tout…
« un Brunch pour du punch », un petit déjeuner revisité pour améliorer la prise en charge nutritionnelle des patients dénutris 10 novembre 2021 - A la veille de la semaine nationale de la dénutrition qui se tiendra du 12 au 20 novembre, l’Institut Paoli Calmettes (IPC), qui vient d’obtenir le label « Collectif de…