Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Définitions

Aplasie :

L’aplasie désigne la diminution voire la disparition transitoire des cellules sanguines matures dans le sang : globules rouges, en globules blancs et plaquettes, conséquence d’un manque ou d’une absence de production dans la moelle osseuse. Elle est objectivée par l’étude successive des numérations sanguines (hémogrammes). Elle expose le patient à des risques infectieux, hémorragiques et anémiques, et impose une prise en charge spécialisée (environnement protégé, médicaments anti-infectieux et antifongiques, transfusions…).

Auto greffe – ou greffe autologue :

Les autogreffes ou greffes autologues sont réalisées à partir de cellules du malade. L'autogreffe répare les dommages infligés à la moelle osseuse par la chimiothérapie intensive, dont l’objectif est de compléter et consolider les effets de la chimiothérapie conventionnelle en augmentant les doses de médicaments anti-cancéreux pour détruire un plus grand nombre de cellules tumorales. Ces doses fortes de médicaments anti-cancéreux ont pour conséquence de réduire le nombre des globules blancs, globules rouges et plaquettes, provoquant une aplasie. L'autogreffe aide à corriger l'aplasie et à réduire les risques infectieux qui y sont associés  en utilisant les propres cellules du patient, qui ont été prélevées avant le traitement intensif. Aujourd’hui, le prélèvement pour l’autogreffe ne se fait plus par ponction de moelle osseuse, mais par cytaphé¬rèse (c’est à dire par prélèvement sanguin, lire article).  .

Allo greffe – greffe allogénique :

A la différence de l’autogreffe, l’allogreffe, ou greffe allogénique suppose d’injecter au patient des cellules prélevées chez un donneur, apparenté ou non, ou dans une banque de sang de cordon placentaire. Chez le donneur, le prélèvement peut se faire par ponction de moelle osseuse (au niveau des os du bassin) ou par cytaphérèse. Le principe de cette thérapie est de doter des patients souffrant d’un cancer du sang (essentiellement des leucémies aiguës) d’un système immunitaire « neuf » qui aide à cibler et éliminer la maladie. La complication principale de l’allogreffe est le rejet, par le greffon du donneur, de l’organisme du patient (voir maladie du greffon contre l’hôte, GVHD).

Blastes :

L'origine des leucémies est située dans la moelle osseuse qui est envahie par des cellules cancéreuses immatures appelées blastes. Le caractère « blastique » de ces cellules cancéreuses est essentiel pour faire la différence entre les leucémies aiguës et chroniques, où les cellules cancéreuses sont habituellement plus matures. Les cellules blastiques empêchent la production des cellules normales.

Cellules NK :

Ces cellules dites « natural killer » font partie des premières lignes de défense parmi les cellules immunitaires qui luttent contre les attaques d’une multitude de virus, bactéries dans notre organisme. Elles peuvent tuer sélectivement des cellules tumorales ou infectées par des microbes en envoyant des cytokines, sortes de messagers qui stimulent la réponse des lymphocytes B et T, soit de l’immunité « adaptative ». Mais de nombreux mécanismes de régulation empêchent les NK de s'attaquer aux cellules saines.

Cytaphérèse :

Sorte d’usine de traitement du sang, cette technique consiste à collecter des cellules souches, triées dans le sang du malade ou d’un donneur.

Groupes et typage HLA :

HLA pour « Human Leucocyte Antigen ». Chaque individu possède ses propres caractéristiques HLA, sorte de « carte d’identité biologique ». Ces molécules sont exprimées sur les globules blancs et sur tous les tissus. Les gènes responsables du système HLA sont situés dans le chromosome 6, dans une région appelée « Complexe Majeur d’Histocompatibilité » ou CMH. Les chromosomes sont présents par paire, dont un seul est transmis lors de la fécondation ; la probabilité pour qu’un frère et une sœur héritent des deux mêmes chromosomes et donc des mêmes gènes du CMH codant pour des molécules HLA identiques, et soient par conséquent « compatibles » en vue d’une greffe allogénique est de 1 sur 4 (25%).

Greffe haplo-identique (ou « haplo mismatch »)

La greffe haplo-identique (ou « haplo mismatch ») est une technique innovante de greffe allogénique qui permet de s’affranchir de la totale compatibilité HLA en utilisant des donneurs partiellement compatibles.

Hémogramme ou numération formule sanguine (NFS):

Examen qui consiste en l’étude quantitative et qualitative des globules blancs (leucocytes), des globules rouges (hématies) et des plaquettes (thrombocytes) dans le sang.

Hyperplaquettose :

Elévation du taux de plaquettes 

Moelle osseuse :

La moelle osseuse est un tissu mou contenu dans certains os (bassin, sternum, côtes,…) où sont produites toutes les cellules du sang par les cellules souches. On la confond souvent avec la moelle épinière (colonne vertébrale) qui, elle, appartient au système nerveux. La moelle osseuse produit 3 variétés de cellules sanguines : les globules rouges qui transportent l’oxygène dans l’organisme, les globules blancs nécessaires pour lutter contre les infections, et les plaquettes nécessaires à la coagulation. 

Myélofibrose

L’envahissement de la moelle osseuse par du tissu fibreux rendant la moelle osseuse déficiente

Pancytopénie :

Diminution du nombre des globules rouges, des globules blancs et des plaquettes. 

Polyglobulie :

Production excessive de globules rouges par la moelle osseuse.

Ponction de moelle osseuse (myélogramme) :

Examen permettant de recueillir de la moelle osseuse et de l’analyser. Ce recueil se fait par une ponction sous anesthésie locale de la moelle osseuse, au niveau du sternum ou de la face postérieure de la crête iliaque (bas du dos, sur la hanche). Cet examen est souvent nécessaire pour le diagnostic de la plupart des maladies du sang. A l’IPC, cet examen peut être pratiquée par des infirmières spécialement formées à ce geste par les médecins depuis 2011, dans le cadre d’une coopération entre professionnels de santé.

Primitive :

Signifie que la maladie a pour origine un dérèglement de la moelle osseuse, sans que la cause soit forcément connue jusqu’à présent (non héréditaire, non contagieuse).

Spénomégalie :

Augmentation du volume de la rate (qui se trouve sous les côtes du côté gauche)

Thrombose :

Formation d’un caillot qui obstrue, partiellement ou totalement, un vaisseau sanguin (artère ou veine), qui peut entraîner un infarctus du myocarde lorsqu’elle touche le cœur, un accident vasculaire cérébral si elle touche le cerveau, une phlébite si le caillot se localise dans une veine d’un mollet ou une embolie pulmonaire si le caillot se retrouve dans les artères du poumon.

Thrombocytémie

Elévation du taux de plaquettes ; terme en général réservé à une élévation en rapport avec un dérèglement de la moelle osseuse.