Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


Un nouvel outil pour affaiblir le cancer pancréatique:inteférer avec le dialogue inter-cellulaire


Le groupe de Richard Tomasini au Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille identifie, dans un article paru dans le Journal of Clinical Investigations, un nouveau moyen de combattre le cancer pancréatique : en interférant avec le dialogue inter-cellulaire au sein des tumeurs.

Le cancer pancréatique est une des causes principales de décès par cancer dans le monde. Un diagnostic tardif, des traitements trop peu efficaces et une augmentation du nombre de cas sont les causes de ce véritable problème de santé publique.

Comme tous les cancers, le cancer pancréatique résulte d’une multiplication non contrôlée des cellules, formant une masse dans le pancréas et altérant ainsi le fonctionnement normal de cet organe. Mais ces cancers ont une particularité comparés aux autres types de cancers ; les cellules cancéreuses (celles qui se multiplient anarchiquement) ne représentent qu’une faible proportion des cellules qui les composent. En effet, ces tumeurs sont composées majoritairement de cellules « normales » (non-cancéreuses) dont le rôle et l’activité sont détournées par les cellules cancéreuses, formant ainsi un amas cellulaire dense ou le dialogue et les échanges inter-cellulaires créent un réseau complexe de communication dont les cellules cancéreuses tirent profits. Ainsi, la perturbation de ces dialogues ou le blocage des échanges inter-cellulaires, au sein de la tumeur, sont autant de cibles potentielles dans le but d’affaiblir ces tumeurs ou pour mieux les détecter.

C’est dans cette optique que les travaux du groupe du Dr. Tomasini ont permis de mettre en évidence un mode de dialogue très spécifique entre les cellules cancéreuses et non-cancéreuses au sein de ces tumeurs. En effet, leurs travaux montrent que, dans certaines zones des tumeurs pancréatiques, les cellules non-tumorales, et plus particulièrement celles appelées « fibroblastes », sécrètent des petites vésicules qui vont être captées par les cellules tumorales. Ces vésicules vont alors favoriser la survie des cellules tumorales et même améliorer leur agressivité et leurs capacités à envahir les autres tissus, donnant ainsi des métastases. Ces vésicules sont reconnaissables, parmi toutes les autres produites dans l’organisme, par la présence de certaines protéines qu’elles transportent et le groupe du Dr. Tomasini a pu montrer que leur détection dans le sang permet d’améliorer le diagnostic des patients atteints de cancer pancréatique.

En plus d’importantes avancées dans le diagnostic des patients, ces travaux ouvrent également la voie vers de nouvelles approches thérapeutiques visant à bloquer ce dialogue « vésiculaire », dans le but de limiter les capacités d’adaptation des cellules tumorales.

 

Référence :

CAF-derived ANXA6+-extracellular vesicles support pancreatic cancer aggressiveness. Leca J, Martinez S, Lac S, Nigri J, Secq V, Rubis M, Bressy C, Sregé A, Lavaut M-N, Dusetti N, Loncle C, Roques J, Piestrasz D, Bousquet C, Garcia S, Granjeaud S, Ouaissi M, Bachet J-B, Brun C, Iovanna JL, Zimmermann P, Vasseur S and Tomasini R. J Clin Invest. 2016 Oct 4. pii: 87734. doi: 10.1172/JCI87734



Partagez cette information sur les réseaux sociaux