Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


Le système Fuse : un champ de vision de 330 degrés pour mieux repérer les polypes


Dans le cadre de MARS BLEU, l’Institut Paoli-Calmettes organisait le 24 mars une démonstration de l’endoscope FUSE™, réalisée par le Docteur Marc Giovannini, gastro-entérologue, responsable de l’unité d’échoendoscopie et d’endoscopie d’oncologie digestive de l’IPC.

Avec environ 42 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année en France, le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus fréquent au sein de l’hexagone. 

A l’Institut Paoli-Calmettes, les cancers du côlon et les cancers du rectum sont pris en charge dès le diagnostic, puis traités dans le cadre d’une approche thérapeutique personnalisée. Chaque étape intègre les stratégies et les techniques les plus innovantes, voire les derniers protocoles de recherche, toujours dans le respect du patient et de sa qualité de vie.

> Consulter l'interview du Dr Marc Giovannini

 

Parce que la qualité des images est prépondérante, l’unité d’exploration médico-chirurgicale oncologique et d’endoscopies de l’Institut Paoli-Calmettes réalise différents types de coloscopies : haute définition, chromoendoscopie, etc.

« Pour les patients dits à « haut risque » (antécédents familiaux, syndrome de Lynch, etc.), la recherche de polypes s’effectue obligatoirement sous haute définition (HD). Nous faisons également appel à de la chromoendoscopie électronique qui permet, en fonction des filtres de couleur utilisés, de détecter des polypes non visibles à la lumière blanche, d’obtenir un rehaussement numérique des contours des anomalies en temps réel », explique le Dr Marc Giovannini, responsable de l'unité d'échoendoscopie et d'endoscopie d'oncologie digestive de l'IPC.

 

Mais pour encore augmenter le taux de dépistage des polypes, l’Institut vient d’investir dans un nouvel appareil, d’un montant de 250 000 euros. Endoscope américain de dernière génération, le Système FUSETM, pour « full spectrum endoscopy », est équipé de diodes électrolumineuses (Leds) positionnées à la fois sur l’avant et sur les côtés. Par ailleurs, il comporte plus de micro caméras intégrées : 3 au total. 

Résultat : alors qu’un endoscope classique dispose d’un angle de vue compris entre 170 degrés et 220 degrés, le système FuseTM fournit un champ de vision de 330 degrés, avec un panorama bien plus détaillé des différents recoins et plis du côlon.

« Il n’existe pratiquement plus d’angles morts et nous sommes à même de détecter 69 % de polypes supplémentaires. L’examen est plus efficace mais aussi plus rapide : nous parvenons mieux à nous situer, nous limitons les mouvements avec l’endoscope et, au final, nous gagnons entre 2 et 5 min. », ajoute le Dr Marc Giovannini.

 

Unité référente en Europe, l’unité d'échoendoscopie et d'endoscopie d'oncologie digestive de l'IPC dispose aujourd’hui d’un plateau technique qui se situe à la pointe de l’innovation. Il comporte notamment :

  • 3 colonnes vidéo d’endoscopie haute définition permettant la chromoendoscopie de dernière génération,
  • 2 systèmes de microscopie électronique permettant d’analyser certaines formes de polypes avant la résection,
  • 3 systèmes d’échoendoscopie pour le bilan pré-thérapeutique spécifique du cancer du rectum,
  • le système FuseTM.

L’excellence du plateau technique d'échoendoscopie et d'endoscopie d'oncologie digestive de l'IPC lui permet de se positionner, dès la phase diagnostique, comme centre de prise en charge primaire, offrant une entrée rapide dans une filière dédiée, avec une prise en charge initiale spécifique selon qu’il s’agit d’un cancer du côlon ou d’un cancer du rectum.



Partagez cette information sur les réseaux sociaux