Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


6ième rencontre annuelle des associations


Les associations qui soutiennent l’IPC s’engagent pour améliorer le bien-être et le confort des patients

Marseille, le 21 septembre 2017. Déstresser pour mieux soigner, c’était en résumé, le mot d’ordre de la sixième rencontre annuelle des associations qui s’est tenue à l’Institut Paoli-Calmettes (IPC) le samedi 16 septembre.


En effet, la soixantaine de représentants d’associations qui collectent au profit de l’Institut ont choisi desoutenir des projets visant à améliorer le bien-être et le confort des patients de l’hôpital, en sénologie (imageriede la femme), en radiologie interventionnelle, ainsi que des équipements pour permettre l’activité physique depatients dans le cadre hospitalier.

Le Docteur Aurélie Jalaguier, chef du service d’imagerie de la femme de l’IPC, a présenté ses projets derénovation complète de la sénologie, notamment avec un accueil et une attente entièrement revus et conçuspour diminuer l’anxiété des femmes qui viennent pour un dépistage du cancer du sein, ou pour affirmer undiagnostic posé de cancer du sein par une biopsie. Plus de 22 500 examens de dépistage et biopsies ont étéréalisés dans ce service d’imagerie de la femme en 2016.

 

« Si ces gestes sont bénins et pas ou peu invasifs, explique le Docteur Jalaguier, ils sont néanmoins source d’angoisse pour les femmes, qui ont bien sûr peur de venir, et peur du résultat. » Ce qui réclame une attention particulière face à cette anxiété. Même appréhension pour les patientes qui viennent pour un repérage de la tumeur avant chirurgie, qui arrivent à jeun, et souvent épuisées par l’annonce de leur cancer.
Comment apporter un « bien-être » dans ces conditions ? « Nous avons déjà des méthodes, comme l’hypnose et la relaxation, qui fonctionnent bien, répond le Docteur Jalaguier, mais qui gagneront à être pratiquées dans un environnement où le confort visuel, sonore et olfactif est amélioré par rapport à ce que nous proposons aujourd’hui ».

Ainsi, les bénévoles ont pu mesurer la pollution sonore enregistrée la veille dans l’espace d’attente et dans les salles d’examen actuels, et apprécier le projet de musicothérapie que l’équipe de sénologie veut mettre en place. Comme ils ont apprécié les « sky ceilings », pavés lumineux d’images de nature au plafond, la lumière apaisante que ces fenêtres procurent, et enfin, pour le confort olfactif, le recours à l’aromathérapie, reconnue pour ses propriétés anxiolytiques par la Haute Autorité de Santé, avec des diffuseurs d’huiles essentielles d’agrumes et de lavande.

 

Le nouveau service de sénologie ouvrira ses portes au printemps 2018.

 

Même préoccupation du côté du Docteur Gilles Piana, chef du service de radiologie interventionnelle de l’IPC,une activité de plus en plus employée dans la lutte contre certaines tumeurs : cryothérapie, radiofréquence,micro-ondes, autant de nouveaux traitements très peu invasifs, puisque administrés via une simple aiguille,sous anesthésie locale la plupart du temps. A l’IPC, outre les 1 200 biopsies de diagnostic, ce sont aussi 500 gestes thérapeutiques réalisés en 2016, soit une progression de 20 % par an.

 

Malgré la relative innocuité du geste, commente le Docteur Piana, « les patients sont stressés à l’idée d’une aiguille passée dans leur colonne vertébrale par exemple pour une vertébroplastie. » C’est donc, aussi, en les accueillant dans une ambiance la plus apaisante possible, avec des méthodes de relaxation et d’hypnose conversationnelle, que l’on peut permettre aux patients de vivre ces étapes de soins dans les meilleures conditions. Les aménagements financés par les associations (notamment les sky ceilings et des casques pour l’hypnose conversationnelle) permettront aux patients de vivre avec une moindre anxiété cette étape de leur traitement dans la nouvelle unité de radiologie interventionnelle qui a été inaugurée au printemps dernier.

 

Enfin, on sait que l’activité physique est importante contre le cancer, à toutes les étapes : avant, en prévention,après, pour limiter les récidives, et pendant les traitements pour mieux supporter ces derniers, même pendant le séjour à l’hôpital. « L’activité physique améliore la qualité de vie des patients en réduisant effets secondaire set symptômes, explique le Docteur Cécile Braticevic, oncologue à l’IPC, mais, en outre, elle potentialise même les traitements, ce qui améliore la survie. » Ergocycles et pédaliers pour les chambres font donc partie des équipements que les associations qui soutiennent l’IPC aideront à financer cette année.

La rencontre des associations réunit, chaque année à l’IPC, une cinquantaine de bénévoles qui déploient toute leur énergie pour soutenir la lutte contre le cancer à l’IPC. La quarantaine d’associations de la région et de Corse collectent, au global, chaque année, environ 200 000 euros, qui servent à des équipements et programmes innovants.

Depuis 2012, ce réseau associatif a permis l’acquisition d’un séquenceur haut débit, d’un appareil de radiothérapie de dernière génération, le Versa HD, puis le FuseTM, appareil d’écho-endoscopie dit « à rétroviseurs » pour mieux détecter les polypes, un appareil de coelioscopie 3D pour des interventions non invasives dans les cancers colorectaux. En 2017, c’est la « biopsie liquide » consistant en une simple prise de sang pour suivre l’évolution des cancers qui avait été financée. Les associations ont donc permis à l’IPC d’acquérir deux appareils de PCR digitale nécessaires à ces programmes de recherche pour un montant total de 230 000 euros.

 

« Les associations, commente Philippe Michard, Secrétaire général de l’IPC, nous aident à remplir notre double mission : être à la pointe de l’innovation en cancérologie, en prenant en compte le bien-être des patients. »

 

Contact presse
Elisabeth BELARBI – Chargée des Relations presse
04 91 22 37 48 - 06 46 14 30 75
belarbie(at)ipc.unicancer(dot)fr

Contact mécénat
Carole PASCAL – Responsable de la collecte de fonds privés
04 91 22 35 15
pascalc(at)ipc.unicancer(dot)fr 

 

 

 



Partagez cette information sur les réseaux sociaux