Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


Cancer du sein : la mise en évidence par une équipe du CRCM du rôle de la protéine Erbin dans certains cancers du sein identifie cette protéine comme une potentielle cible thérapeutique.


Un article de l’équipe de Jean-Paul Borg au Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM) publié dans Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), le compte-rendu de l’académie des sciences américaine, identifie un effet délétère de la protéine Erbin dans les cancers du sein surexprimant le récepteur ErbB2. Cette étude ouvre la voie à de nouvelles stratégies d’inhibition de ErbB2 par la modulation de l’activité d’Erbin, une protéine identifiée par l’équipe de Jean-Paul Borg quelques années auparavant.

La protéine ErbB2 appelé aussi communément HER2 est présente en surabondance dans 25% des cancers du sein. Cette protéine de la famille des récepteurs aux facteurs de croissance joue un rôle majeur dans la croissance et la progression tumorale. Sa surexpression est associée à un mauvais pronostic pour les patients qui reçoivent des traitements à base d’anticorps monoclonaux ou d’inhibiteurs de l’activité de ErbB2. 

Dans une étude réalisée en collaboration avec le laboratoire de Lin Mei à la Faculté de Médecine de Géorgie (Etats Unis) et le laboratoire labellisé par la Ligue Nationale Contre le Cancer de Jean-Paul Borg, les chercheurs montrent qu’Erbin, une protéine qui interagit avec la protéine ErbB2, est nécessaire à l’effet de ce récepteur sur la croissance tumorale : la neutralisation d’Erbin empêche le développement de tumeurs dans un modèle expérimental mimant la maladie par surexpression d’ErbB2. La pertinence de ces résultats est renforcée par la mise en évidence de la présence augmentée et concomitante de ces deux protéines, ErbB2 et Erbin, dans des cancers du sein.

L’étude montre également qu’Erbin fonctionne en augmentant la stabilité de ErbB2 en interagissant avec HSP90, une protéine dite ‘chaperone’ qui empêche la dégradation du récepteur. Il peut donc être envisagé de cibler l’interaction entre Erbin et ErbB2 par de nouveaux composés afin de stimuler l’élimination du récepteur.

Plus tôt cette année, dans un deuxième article de PNAS, l’équipe de Jean-Paul Borg, en collaboration avec celle d’Ehud Razin à la Faculté de Médecine de l’Université Hébraïque de Jérusalem (Israël), avait montré qu’Erbin joue, tout comme ErbB2, un rôle important dans les fonctions cardiaques. Ces recherches révèlent des fonctions biologiques inédites d’Erbin et vont conduire Jean-Paul Borg et ses collègues au CRCM a maintenant explorer le potentiel thérapeutique du ciblage d’Erbin dans les cancers du sein.

 

 

Références :

A role of Erbin in ErbB2-dependent breast tumor growth

Tao Y, Shen C, Lu S, Traoré W, Marchetto S, Santoni M-J, Xu L, Wu B, Shi C, Mei J, Bates B, Liu X, Zhao K, Xiong W-C, Borg J-P*, and Mei L*. (*co-derniers auteurs)

Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Oct 6. pii: 201407139.

 

Erbin is a negative modulator of cardiac hypertrophy.

Rachmin I, Tshori S, Smith Y, Oppenheim A, Marchetto S, Kay G, Foo RS, Dagan N, Golomb E, Gilon D, Borg JP, Razin E.

Proc Natl Acad Sci U S A. 2014 Apr 22;111(16):5902-7.


Fichiers :
  CPErbinCancerduSein.pdf

Partagez cette information sur les réseaux sociaux