Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

La pharmacie de l'Institut Paoli-Calmettes : une logique permanente d'amélioraton de la qualité et de la sécurité des soins

Sous la direction du Dr Emmanuelle Fougereau, l’équipe de la pharmacie de l’IPC est composée de 6 pharmaciens, d'une préparatrice principale, et de 15 préparateurs en pharmacie.

 

Pour mieux répondre au développement de l'activité de l'Institut et aux normes de sécurité en vigueur, la pharmacie a été modernisée. Deux tranches de travaux ont déjà été réalisées.

  1. Une nouvelle salle dédiée à la préparation des chimiothérapies a vu le jour : une salle « blanche » équipée d'isolateurs. Parallèlement, afin de sécuriser toujours plus le circuit de fabrication, le papier a été aboli. A chaque préparation correspond donc un code-barres associé à un mode opératoire unique.

  2. Toujours pour gagner en sécurité, la délivrance des médicaments a été informatisée, grâce à l'installation d'un robot capable de lire les codes inscrits sur les boites de médicaments.

Une troisième tranche de travaux est prévue courant 2016. Elle concerne la réalisation d'un local dédié au stockage des médicaments utilisés dans le cadre des essais cliniques.

La pharmacie de l’Institut fabrique votre chimiothérapie

Toutes les chimiothérapies sont fabriquées sur place à l’IPC. Chaque prescription est validée par un pharmacien. Tout au long de la chaîne de fabrication, jusqu’à la dispensation en hôpital de jour, en unité d’hospitalisation ou en Hospitalisation à Domicile, chaque étape est minutieusement contrôlée et normalisée.

Il arrive également que d’autres médicaments, qui ne sont pas disponibles en pharmacie de ville, vous soient délivrés directement par l’Institut. Dans ce cas, si vous n’êtes pas hospitalisé, vous devez aller les chercher vous-même à la pharmacie, muni de votre ordonnance et de votre carte vitale.

Vos autres traitements

Si vous avez déjà un traitement médicamenteux en cours, autre que les traitements dispensés dans le cadre de votre pathologie cancéreuse prise en charge à l'IPC, et que vous êtes hospitalisé à l'Institut, pensez à apporter vos médicaments et vos ordonnances.

Entretien avec le Dr Emmanuelle Fougereau, Responsable de la pharmacie

« La sécurité des patients est une préoccupation constante à l’IPC, notamment pour la dispensation et l’administration de médicaments aux effets particulièrement puissants.

Compte tenu de la réglementation en vigueur, dont le contrat de bon usage et l'arrêté du 6 avril 2011 sur le management de la qualité de la prise en charge médicamenteuse, nous travaillons sur différents axes pour sans cesse renforcer la sécurité et la qualité de la prise en charge médicamenteuse.

  1. La cartographie des risques pour toutes les étapes du circuit du médicament (prescription, dispensation et administration) nous permet de dégager les points à améliorer et de définir un plan d’action annuel, transmis aux autorités de tutelle.

  2. Actualiser la liste des médicaments à haut risque dans notre établissement nous permet d'augmenter notre niveau d'exigence, en termes de qualité et sécurité, à tous les points clés du circuit de ces médicaments spécifiques. Citons la chimiothérapie, qui est notre cœur de métier, et en particulier la chimiothérapie administrée par voie intrathécale, mais aussi l'Héparine, l'insuline, la morphine, les vasopresseurs en réanimation, les essais cliniques. Ce travail s'effectue en collaboration avec l'ensemble des professionnels de l'Institut (médecins, pharmaciens et infirmiers) : nous affinons toutes les étapes du circuit en les sécurisant.

  3. Toutes les prescriptions sont informatisées et validées par un pharmacien, au regard des protocoles en vigueur et du dossier du patient.

  4. Des formations existent à l'attention des soignants. Elles sont notamment axées sur l'erreur médicamenteuse pour renforcer la sensibilisation et augmenter le nombre de signalements autour des évènements indésirables. »

Entretien avec Ségolène Duran, pharmacien hospitalier

« L’IPC est engagé dans l’accès à des médicaments innovants en développement (avant leur commercialisation), dans le cadre des essais thérapeutiques.

L’implication de la pharmacie est fondamentale, car nous sommes garants de la bonne utilisation du médicament évalué, selon les exigences du protocole, mais aussi pour la sécurité de nos patients. 

Certains essais portent sur la phase précoce de développement du médicament, c’est à dire le début de l’évaluation, la première administration du médicament chez l’homme : ces essais sont réalisés à l’unité d’évaluation des thérapeutiques en onco-hématologie (ETOH).

Ceci passe par des procédures validées. Notamment, les doses sont préparées à la pharmacie par un personnel formé. De même, les modalités d’administration doivent être scrupuleusement respectées. Elles doivent également être tracées, vérifiables et contrôlables. 

La même rigueur est adoptée pour tous les essais cliniques, quelle que soit la phase de développement, la voie d’administration (injectable ou per os) ou le mode d’hospitalisation.

De ces données dépendront en partie les résultats de l’essai, voire le fait que le développement du médicament arrive jusqu’à son terme, avec une autorisation de mise sur le marché, de façon à augmenter l’arsenal thérapeutique pour les patients. »


Chiffres clés

33 851 séances de chimiothérapies / an, préparées par la pharmacie.

54 874 préparations pharmaceutiques réalisées en 2014, pour 3 740 patients traités.

244 essais de recherche biomédicale incluant 1 586 patients.