Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Département d’anesthésie et de réanimation

L’anesthésie et la réanimation : des activités transversales à l’ensemble des pathologies cancéreuses prises en charge à l’IPC.

Le département d’anesthésie et de réanimation compte deux unités de soins : l’unité d’anesthésie, l’unité de réanimation.

L’unité d’anesthésie intervient aux blocs opératoires, avec les chirurgiens, mais aussi avec les radiologues, les radiothérapeutes, lors d’actes interventionnels thérapeutiques ou de diagnostic, potentiellement douloureux.

Lorsque dans le cadre de la prise en charge d’un patient, une anesthésie générale ou loco régionale s’avère nécessaire, le processus démarre par une consultation d’anesthésie, obligatoire. Cette consultation vise à évaluer, pour l’acte proposé, avec le consentement éclairé de la personne concernée et compte tenu de ses antécédents, les bénéfices et les risques encourus.

Que l’acte soit programmé dans le cadre d’une prise en charge traditionnelle ou en ambulatoire, une visite préopératoire, réalisée dans les heures précédant l’anesthésie, permet de vérifier de nouveau, avec le chirurgien ou le spécialiste réalisant l’acte, les informations clés :

  • identité,
  • prise de nouveaux médicaments,
  • événements survenus, etc.

Le jour J, à l’arrivée au bloc, qui, à l’IPC, s’effectue à pied, le patient est pris en charge par le médecin anesthésiste et l’infirmière spécialisée qui vont effectuer l’anesthésie.

Permettre l’intervention et prendre en charge la douleur

La même équipe coordonne ensuite son réveil, au bloc, puis l’accompagne en salle de surveillance post interventionnelle le temps nécessaire : de 30 minutes à quelques heures, selon la durée de l’intervention subie. A l’IPC, la douleur au réveil, les éventuelles nausées et/ou vomissements, sont dans tous les cas gérés de façon préventive.

La prescription de l’ensemble des traitements nécessaires au cours des 24 premières heures postopératoires, notamment la prise d’analgésiques contrôlée par le patient (pompes de morphine auto administrée), est ensuite réalisée de façon conjointe entre l’anesthésiste et le chirurgien.

L’Institut Paoli-Calmettes dispose d’une unité de réanimation. Pour chaque patient concerné, il convient de tenir compte, en interaction quotidienne avec les oncologues, de la stratégie thérapeutique, du processus de prise en charge de la pathologie cancéreuse, des éventuelles complications liées aux traitements anti-cancéreux.

L’équipe assure à la fois la réanimation et la surveillance continue, avant et/ou après la réanimation. L’unité, qui compte 20 lits (réanimation + surveillance continue), accueille des malades en état de détresse vitale. C’est-à-dire des patients qu’il convient de maintenir dans leurs fonctions vitales alors que celles-ci sont devenues défaillantes (nutrition, respiration…), et donc à haut besoin de technicité. Un médecin anesthésiste réanimateur est présent dans l’unité 24 heures sur 24.


Les bienfaits des techniques de l'hypnose en chirurgie

  • L’hypnose conversationnelle est une méthode d’accompagnement du patient mise en œuvre jusqu’à l’anesthésie générale.
Des techniques relationnelles et d’accueil au bloc, spécifiques, permettent de diminuer le stress, les craintes.
    Grâce à l’hypnose conversationnelle, la consommation de médicaments antalgiques, pendant l’intervention et au réveil, diminue clairement. Par ailleurs, les patients témoignent d’un sentiment de confort amélioré et d’un meilleur vécu. Aujourd’hui, à l’IPC, l’hypnose conversationnelle est systématiquement mise en œuvre auprès de tous les patients.
     
  • L’hypno-sédation, réalisée par un médecin ou une infirmière anesthésiste, spécifiquement formé(e), associe l’hypnose médicale et la sédation consciente (petites doses de morphine). Le professionnel de santé induit chez le patient une dissociation de l’esprit et du corps. Par l’esprit, le patient se retrouve dans un lieu apaisant de son choix. Au niveau du corps, les perceptions sensorielles sont modifiées et la perception subjective de la douleur est diminuée. Combinant une anesthésie locale et de très faibles doses de médicaments sédatifs et d’antidouleurs intraveineux, l’hypno-sédation peut remplacer une anesthésie générale, pour certains actes courts, d’une trentaine de minutes maximum. 

    Les bénéfices per et post opératoires ont été prouvés scientifiquement : amélioration du confort du patient, diminution des drogues anesthésiantes, diminution des nausées et des vomissements, diminution de la consommation d’antalgiques post-opératoires, diminution de la douleur et de la fatigue post-opératoire, meilleur rétablissement post opératoire global, reprise du travail plus rapide.

  • D’autres techniques sont utilisées pour réduire le stress pré-opératoire et post-opératoire :

    • L’aromathérapie consiste à diffuser des huiles essentielles dans la zone d’accueil du bloc.
    • Le confort visuel y est assuré par un puits de lumière et des images haute définition.
    • Les patients qui le désirent bénéficient de musicothérapie en salle de réveil. Ils peuvent écouter, grâce à des écouteurs individuels, et à la carte, une musique dont le rythme spécifiquement étudié s’apparente à la relaxation hypnotique.

Dr camille pouliquen ipc marseille

Comprendre et bénéficier de l'hypno-sédation à l'Institut Paoli-Calmettes

 

Le Docteur Camille Pouliquen, Département Anesthésie réanimation, nous explique l'hypno-sédation qui est pratiqué depuis 2017 à l'IPC.

 

Qu’est-ce que l’hypno-sédation ? 

Dr. Camille Pouliquen : L’hypnose médicale est une technique qui vise à induire un état de conscience modifié : l’état hypnotique. L’hypno-sédation, réalisée par un médecin ou une infirmière anesthésiste, spécifiquement formé(e), associe l’hypnose médicale et la sédation consciente (petites doses de morphine). Le professionnel de santé induit chez le patient une dissociation de l’esprit et du corps. Par l’esprit, le patient se retrouve dans un lieu apaisant de son choix. Au niveau du corps, les perceptions sensorielles sont modifiées et la perception subjective de la douleur est diminuée. Combinant une anesthésie locale et de très faibles doses de médicaments sédatifs et d’antidouleurs intraveineux, l’hypno-sédation peut donc remplacer une anesthésie générale pour certaines opérations.

 

Comment se passe la prise en charge?

Dr. Camille Pouliquen : Nous recevons le patient en consultation classique d’anesthésie. Nous restons anesthésistes avant tout. Lors de cette consultation, nous recueillons toutes les informations habituelles. Les consignes, notamment le jeune, sont les mêmes que pour une anesthésie standard. Le jour de l’intervention, en cas d’inconfort du patient, nous devons en effet être à même de basculer sur une anesthésie générale. En réalité, cela ne nous est arrivé que de manière exceptionnelle.

L’accompagnement hypnotique commence dès que le patient est installé au bloc ou en salle et se poursuit pendant toute la durée du geste. Le masque à oxygène n’a pas lieu d’être. Le patient reste conscient. Le chirurgien, lui, ne parle pas. Tout se passe dans le calme. Dès la fin de l’intervention, nous ramenons le patient dans un état de conscience normal, tout en arrêtant la morphine et en administrant, comme pour tout autre patient, les antalgiques classiques pour lutter contre la douleur post opératoire. Ensuite, le patient passe en salle de réveil, mais y reste moins longtemps que pour une anesthésie générale.

 

Quels sont les patients éligibles ?

Dr. Camille Pouliquen : L’hypnose est un processus physiologique naturel. Sauf en cas de trouble majeur du comportement, de trouble psychiatrique, de problème de compréhension (surdité, langue), tout le monde peut en bénéficier, sous réserve que le geste puisse être fait sous hypno-sédation. En un an, depuis mars 2017, 53 patients et patientes ont été pris en charge par cette technique, pour des actes courts, d’une trentaine de minutes environ, réalisés en ambulatoire : chirurgie du sein (tumorectomie ou ganglion sentinelle isolé), coloscopie diagnostique ou thérapeutique, fibroscopie, ponction biopsie hépatiques, gestes urologiques mineurs  notamment.

 

Quels sont les bénéfices de l’hypno-sédation ?

Dr. Camille Pouliquen : Les bénéfices per et post opératoires ont été prouvés scientifiquement : amélioration du confort du patient, diminution des drogues anesthésiantes, diminution des nausées et des vomissements, diminution de la consommation d’antalgiques post-opératoires, diminution de la douleur et de la fatigue post-opératoire, meilleur rétablissement post opératoire global, reprise du travail plus rapide.

De plus, le temps total de prise en charge étant raccourci, les patients sortent encore plus rapidement de l’hôpital. Nous envisageons d’ailleurs d’instaurer un circuit spécifique hypno-sédation. Enfin, il convient de noter que l’hypno-sédation n’entraîne aucun frais supplémentaire pour le patient.

L'hypno-sédation, ce que les patients en disent

Bravo à l’Institut pour ces méthodes. C’est impressionnant, comme la qualité de vos travaux.
Nicolas de P.

 J'ai bénéficié plusieurs fois de l'arrivée debout, de l'hypnose pour me calmer de mes angoisses et aussi de la musique. Tout est bénéfique et mieux vécu! Une belle avancée!
Marie christine J.

J’ai bénéficié de l’hypnose conversationnelle. Ça marche super bien. On est vraiment déconnecte de l’acte chirurgical. C’est bien maîtrisé. Je n’ai compris qu’après ce que c’était vraiment. On me l’a fait pour une biopsie du foie ainsi que 2 fois pour l’intervention par micro-ondes sur le foie. 
Katia S.

Comment se déroule une intervention sous hypno-sédation à l’IPC ?

 Pour mieux comprendre, le Dr Camille Pouliquen explique toutes les étapes : 

Circuit de l’hypno-sédation à l’IPC 

  1. Consultation chirurgicale : 
    • Le chirurgien repère les patients intéressés et confirme la faisabilité du geste sous hypno sédation.
    • Le patient est adressé ensuite à l’équipe d’anesthésie.

     

  2. Consultation d’anesthésie :
    • Établir une relation avec le patient.
    • Consolider la faisabilité de l’hypno-sédation et organiser cette prise en charge.
    • L’informer du déroulement de l’intervention et répondre à ses questions (avec remise d’un document explicatif). 
    • Avertir la cadre du bloc pour le positionnement des équipes formées.

    Pas de séance d’hypnose nécessaire avant le jour de l’intervention.

      

  3. Déroulement au bloc le jour J :
    • Equipe prête pour un geste rapide.
    • Anesthésie locale  réalisé par le chirurgien.
    • Accompagnement hypnotique.
    • Analgésie Intraveineuse.

 

Pour quels gestes ?

L'hypno-sédation peut s'effectuer dans le cadre de différents gestes en urologie, sénologie, endoscopie, endoscopie, digestif, et depuis mai 2018 pour une mastectomie. 

Il s'agit dans tous les cas de gestes opératoires faciles et de durée courte.

 

Quels patients sont concernés ?

Tous les patients SAUF :

  • Problème de compréhension.
  • Trouble psychiatrique.
  • Trouble majeur du comportement.
  • Refus du patient.

 

Quel est l'objectif de l'hypno-sédation: 

  • Attractivité et satisfaction des patients.
  • Diminuer la durée du passage hospitalier et limiter le temps d’attente de ces patients (moins anxiogène) et les faisant sortir plus rapidement de l’hôpital.
  • Diminuer l’anxiété, la fatigue et la douleur post opératoire.
  • Diminuer les effets secondaires des anesthésiques standards.

À noter qu’il n’existe aucun frais supplémentaires pour le patient 

  

Voir l’hypnose à l’IPC en images 

 

 

 

Maj le 26/06/2018

L’équipe du département

L’équipe est dirigée par
le Dr Djamel Mokart


Unité d’anesthésie
  • 15 médecins anesthésistes ;
  • 21 infirmières spécialisées ;
  • 1 assistante médicale.
Unité de réanimation
  • 6 médecins anesthésistes réanimateurs ;
  • 20 infirmières de jour et 18 infirmières de nuit dédiées ;
  • 1 cadre médical ;
  • 1 cadre paramédical ;
  • 2 secrétaires.

Chiffres clés

Unité d’anesthésie
  • 10 628 actes par an sous anesthésie générale, tous types d’interventions confondus (chiffre 2017).
Unité de réanimation
  • 20 lits, répartis en 10 lits de réanimation et 10 lits de surveillance continue ;
  • 6 750 journées en 2017.
Salle de réveil 
  • 17 places d’accueil