Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Offrir au patient le meilleur de la biologie
au bon moment

Le département de Biologie du Cancer regroupe les activités de biologie médicale, génétique, de biopathologie et de recherche translationnelle.

Organisation unique, le département de Biologie du Cancer de l’IPC regroupe la totalité des activités de biologie de l’hôpital, clef de voûte de l’activité de diagnostic, de pronostic et de prise en charge thérapeutique ciblée, mais aussi les équipes de recherche translationnelle qui assurent le lien entre la prise en charge à l’hôpital et les équipes de recherche du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM).

Les activités axées sur le soin sont organisées en 3 secteurs d’activité, comptant un ou plusieurs plateaux techniques spécialisés :

La recherche translationnelle s’organise elle aussi autour de 3 secteurs d’activité :

  1. Biologie des tumeurs,
  2. Immunologie des tumeurs,
  3. Pharmacologie moléculaire.

A l’interface, la tumorothèque permet de stocker les échantillons biologiques des patients, dont une partie sert à la recherche translationnelle.


Accélérer la transition entre la connaissance accumulée sur les anomalies du génome dans le cancer et leur concrétisation en termes de soins

Les informations délivrées par les analyses biologiques, à partir d’un prélèvement (prise de sang, biopsie), sont indispensables pour le médecin oncologue ou hématologue : en fonction des résultats et du diagnostic énoncé, celui-ci décide en effet de mettre en œuvre tel ou tel traitement.

Aujourd’hui, ces analyses sont générées par un arsenal d’outils particulièrement complexes, capables de séquencer les gènes des cellules cancéreuses, d’établir l’expression des protéines : séquenceurs, cytomètres de flux…

L’enjeu des prochaines années va notamment consister à produire encore plus d’informations par séquençage (séquençage à haut débit de gènes), pour que la médecine puisse adapter le traitement de façon encore plus personnalisée.

« Au regard des progrès actuels, nous pensons que pour le même temps d’analyse, nous pourrons de façon quotidienne séquencer non plus seulement 3 ou 4 gènes par prélèvement mais 50, voire 100, d’ici trois ans environ.


En parallèle, les études que nous menons en recherche translationnelle et en recherche clinique nous permettent d’évaluer l’efficacité de nouvelles molécules prometteuses et de leur association aux traitements standards.


Avec la combinaison de ces recherches et du séquençage à haut débit, nous serons vraiment en mesure de proposer aux patients encore plus de nouvelles alternatives de traitement », explique Jean-Paul Borg, directeur du Département de Biologie du Cancer.

 

 

Adossé à l'IPC, le Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille

Le CRCM affilié à l'Inserm, au CNRS et à Aix Marseille Université, est un centre original dans le paysage de la recherche française.

Cette originalité tient non seulement à sa situation au cœur de l’Institut Paoli-Calmettes, mais aussi à sa vocation : faire progresser la recherche sur le  cancer en biologie et en médecine en travaillant à l’interface du physiologique et du pathologique, du fondamental et de l’appliqué, de la recherche et de la clinique.

Ce continuum entre recherche fondamentale, recherche translationnelle et recherche clinique est la marque de fabrique du CRCM.