Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Jean Paul Borg, PharmD, PhD, Directeur du Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille (CRCM)

Jean-Paul Borg est également Directeur Scientifique de l'Institut Paoli-Calmettes. Il est Professeur en Biologie Cellulaire au sein d'Aix-Marseille Université, rattaché à la Faculté de Pharmacie, Praticien Hospitalier et responsable de l'équipe du CRCM “Polarité cellulaire, signalisation et cancer”.

Questions à Jean-Paul Borg

Jean-Paul Borg, directeur scientifique de l'Institut Paoli-Calmettes et directeur du CRCM : « Comprendre pour diagnostiquer et traiter mieux, plus vite »

Quels sont les enjeux, pour les patients atteints de cancer, de la recherche en biologie ?

Jean-Paul Borg : Au cours de dernières années, nous avons brisé la barrière qui existait entre la recherche fondamentale et la recherche un peu plus appliquée. C’est dans cette stratégie que s’inscrit le travail de nos équipes de recherche en biologie. Le continuum entre la recherche fondamentale, la recherche translationnelle et la recherche clinique est la marque de fabrique de la recherche à l’IPC.  

Pour améliorer notre compréhension de la maladie, nous explorons par exemple les réseaux de communication qui règlent l’action des cellules cancéreuses et des cellules immunitaires et cherchons à identifier les altérations génétiques qui conduisent à transformer une cellule saine en cellule tumorale. Comprendre les stratégies qu’utilisent les cellules tumorales pour échapper aux cellules immunitaires qui les combattent, mais aussi pour se disséminer et développer des métastases, permet de découvrir de nouvelles cibles moléculaires pour de futurs médicaments.

 

Les études menées s’articulent donc autour de plusieurs axes ?

Jean-Paul Borg : Tout à fait. Nos principaux programmes de recherche portent sur les mécanismes moléculaires de l’oncogenèse et de la dissémination tumorale, l’identification et  la validation de nouvelles cibles thérapeutiques exprimées par les cellules tumorales ou par les cellules du système immunitaire, l’étude et la manipulation des relations tumeur-hôte, l’identification de la signature moléculaire et des altérations génétiques et épigénétiques des différents types de tumeurs, solides (sein, pancréas, côlon, prostate) et leucémies, pour en améliorer la classification, ainsi que le diagnostic et la prise en charge des patients, la mise en œuvre d’essais cliniques innovants, l’étude des mécanismes de réparation de l’ADN et de l’instabilité du génome et enfin le stress cellulaire, en particulier dans le contexte du cancer du pancréas.

 

Sur quels supports techniques les chercheurs peuvent-ils s’appuyer ?

Jean-Paul Borg : Grâce aux ingénieurs et technologies de pointe accessibles sur le même site, à l’IPC ou au Centre de Recherche en Cancérologie de Marseille, nos scientifiques et nos cliniciens élaborent leurs hypothèses et évaluent leur potentiel sur une grande diversité de modèles plus ou moins complexes (de la molécule à l’homme). Nos travaux s’appuient sur des plateformes scientifiques et médicales qui couvrent toutes les étapes de l’innovation : tumorothèque, évaluation préclinique de nouveaux composés (TrGET®), essais cliniques précoces (ETOH), immunomonitoring, lancement d’essais cliniques et exploitation des données issues de ces études (DRCI).