Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


Premier protocole de coopération de soins, inauguré en PACA par l'IPC sur les myélogrammes


Transfert d’actes de soins ou de diagnostic entre professionnels de santé

Le mercredi 13 juillet 2011, Dominique Deroubaix, directeur général de l’Agence régionale de

santé Paca arrête le premier protocole de coopération entre professionnels de santé en

France. Né à l’initiative des professionnels de santé exerçant à l’Institut Paoli-Calmettes, il est

réalisé en partenariat avec la Haute Autorité de santé.

En présence de :

- Dominique Deroubaix,

- Dr Sophie De Chambine, chef du service des maladies chroniques et d’accompagnement des

maladies, Haute Autorité de santé,

- Marie-Andrée Lautru, conseiller à la Direction générale des soins,

- Pr Henri Zattara, président du Conseil départemental de l'ordre des médecins

des Bouches-du-Rhône

- Michèle Isnardi, directeur des soins à l’Institut Paoli-Calmettes.

Ce protocole concerne la pratique de myélogrammes par des infirmières formées. Avec la

signature de ce protocole, les infirmières pourront, par dérogation aux conditions légales

d’exercice et à compter du 13 juillet 2011, pratiquer les myélogrammes (prélèvement et examen

de la moelle osseuse) au même titre que les oncologues jusque-là seuls habilités.

Ce protocole est de portée nationale, il peut être repris dans toutes les régions qui le

souhaiteraient.

Ce protocole améliore la qualité des soins en permettant :

> aux infirmières de développer leurs compétences ;

>aux oncologues de se consacrer davantage au suivi et à la relation médicale avec leurs

patients ;

> aux patients de n’être convoquer qu’une seule fois en consultation, le myélogramme pouvant

être effectué dès l’avis du médecin par une infirmière formée.

Contexte

L’organisation du système de santé, la démographie médicale, les évolutions de l’exercice de la

médecine rendent nécessaires les démarches de coordination et de performance entre tous les

acteurs du parcours de soin.

Cette nouvelle pratique s’inscrit dans cette démarche. Elle a été rendue possible par la loi du 21

juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires.

FICHE REPERE PRESSE ‐ 13 JUILLET 2011

SIGNATURE DU PREMIER PROTOCOLE

DE COOPERATION ENTRE PROFESSIONNELS

DE SANTE EN FRANCE

Contact Presse – Agence régionale de santé Paca- 04 13 55 85 10

Valérie Bourgeois - valerie.bourgeois@ars.sante.fr

Christophe Barrières - christophe.barrieres@ ars.sante.fr

2

Modalités

Lorsque des professionnels de santé souhaitent s’engager dans un protocole de coopération ils

soumettent le projet au directeur général de l’Agence régionale de santé. Il s’assure que ce

protocole répond à un besoin régional et autorise le protocole après avis conforme de la Haute

Autorité de santé.

Dans ce cadre, les médecins oncologues et les infirmières du service d’oncologie de l’Institut

Paoli-Calmettes ont souhaité s’engager dans un protocole de coopération visant à faire pratiquer

les myélogrammes par les infirmières après formation théorique et par compagnonnage.

La Haute Autorité de santé a donné un avis favorable.

Formation du personnel infirmier

A l’issue d’une formation, les infirmiers réaliseront des gestes aujourd’hui réservés aux médecins :

ponction médullaire ou myélogramme en crête iliaque postérieure. Le myélogramme est un

examen cytologique qui permet l’étude des cellules de la moelle osseuse pour poser un

diagnostic ou choisir un traitement.

La formation est ouverte à des infirmiers qui ont déjà trois ans de pratique en onco-hématologie à

leur actif, et qui suivront un parcours de formation structurée en deux temps :

> un enseignement théorique de 8 heures avec des cours magistraux dispensés par des

médecins spécialistes – un hématologiste, un anesthésiste et un biologiste ;

> une formation pratique sous la forme d’un compagnonnage avec un médecin hématologiste

référent.

La formation commencera à la rentrée avec 5 infirmiers qui seront formés. Une évaluation sera

menée en fonction des indicateurs proposés pour mesurer la conformité de la pratique avec les

objectifs attendus, contrôle qui sera effectué par l’Agence régionale de santé.


Fichiers :

Partagez cette information sur les réseaux sociaux