Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Dossier de presse


Innovations et pluridisciplinarité au coeur du diagnostic et de la prise en charge thérapeutique du cancer colorectal à l’IPC


Détecté tôt, le cancer colorectal se guérit le plus souvent

3ème cancer le plus fréquent en France, le cancer colorectal touche environ 42 000 personnes chaque année au sein de l’hexagone. En moyenne, un homme sur 25 et une femme sur 30 sont concernés au cours de leur vie, le plus souvent après 70 ans. Dans le seul département des Bouches-du-Rhône, 950 nouveaux cas de cancers colorectaux sont diagnostiqués chaque année.

Des chiffres qui ne cessent d’augmenter : compte tenu, entre autres, du vieillissement global de la population, le nombre de cancers colorectaux devrait atteindre le seuil des 45 000 nouveaux cas annuels à l’horizon 2020.

 

La détection précoce est essentielle

Parce que la détection précoce est essentielle, le dépistage du cancer colorectal fait l'objet d'un programme national organisé par les pouvoirs publics. Tous les deux ans, les hommes et les femmes de 50 à 74 ans sont invités à réaliser un test de dépistage remis par leur médecin traitant.

Au printemps 2015, un nouveau test immunologique sera disponible. Plus simple, plus hygiénique et plus pratique à utiliser (un seul prélèvement de selles contre 6 actuellement avec l'Hemoccult), il sera également plus performant et plus fiable, car doté d’une sensibilité supérieure.

 

L’IPC centre de prise en charge primaire dès la phase diagnostique

Suite à un test positif, ou en cas de symptômes persistants (sang dans les selles, douleurs abdominales répétées, épisodes inhabituels et durables de constipation ou de diarrhées), il convient de réaliser une coloscopie (ou endoscopie).

A l’Institut Paoli-Calmettes, les cancers colorectaux sont pris en charge dès le diagnostic. L’objectif d’une coloscopie (ou endoscopie) consiste à dépister les polypes et les tumeurs, de façon à pouvoir caractériser ces lésions, puis, selon les résultats, définir le parcours de soins adéquat.

L’appellation cancer colorectal englobe en effet des situations très différentes les unes des autres : il convient de différencier, d’une part  les cancers du côlon et les cancers du rectum, d’autre part les cancers non métastatiques des cancers métastatiques.

 

Une prise en charge thérapeutique personnalisée

L'IPC traite chaque année environ 400 patients porteurs d'une tumeur maligne pour un cancer du côlon ou du rectum, ce qui représente 30 % des patients pris en charge à l'Institut pour un cancer de l’appareil digestif. 220 patients ont été opérés en 2014, les autres sont traités par voie endoscopique, ou par chimiothérapie seule.

Chaque patient est pris en charge dans le cadre d’une approche thérapeutique personnalisée. Coloscopie diagnostique, endoscopie interventionnelle thérapeutique, analyse de la pièce opératoire, chirurgie, radiothérapie et chimiothérapie, radiologie interventionnelle : pour pouvoir être optimisée, la prise en charge s’appuie sur la multiplicité des acteurs de l’Institut et de leurs savoir-faire. Chaque étape intègre systématiquement les stratégies et les techniques les plus innovantes, voire les derniers programmes pilotes de soins ou protocoles de recherche. Ce, toujours dans le respect du patient et de sa qualité de vie.

 

En savoir plus sur la prise en charge thérapeutique du cancer du côlon et du cancer du rectum et des filières dédiées à l’IPC :


Fichiers :
  DPMarsBleuIPC.pdf

Partagez cette information sur les réseaux sociaux