Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


Mars bleu 2014 : L'IPC se mobilise contre le cancer colorectal


Le cancer colorectal reste encore en France un cancer méconnu et trop souvent tabou. La lutte contre ce cancer constitue pourtant une priorité du Plan cancer 2014-2019 et un enjeu majeur de santé publique pour lequel il est indispensable de continuer à se mobiliser : le cancer colorectal est le 3ème cancer le plus fréquent et le 2ème cancer le plus meurtrier. Pourtant, détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10.

En 2012, le cancer colorectal a touché plus de 42 000 nouvelles personnes en France (23 200 hommes et 18 900 femmes) et a été responsable de plus de 17 500 décès. Le cancer colorectal tue encore beaucoup trop alors que, détecté tôt, il se guérit dans 9 cas sur 10. Un dépistage précoce permet d’identifier la maladie à un stade peu évolué, voire d’éviter un cancer en détectant des polypes ou adénomes, avant qu’ils ne dégénèrent en lésions cancéreuses. Plus un cancer colorectal est détecté tôt, moins les traitements sont lourds et plus les chances de guérison sont importantes. Parler du dépistage de ce cancer avec son médecin, c’est donc se donner toutes les chances de détecter un polype avant qu’il ne se transforme en cancer.

Quand parler du dépistage du cancer colorectal avec son médecin ?

Dès 50 ans : 95 % des cancers colorectaux se développent après 50 ans. Entre 50 et 74 ans, il est recommandé de participer au programme national de dépistage organisé et de pratiquer un dépistage tous les deux ans même sans symptôme particulier.

Quel que soit l’âge : en cas d’antécédents personnels ou familiaux de cancer colorectal, de polypes ou de maladie inflammatoire chronique de l’intestin.

En quoi consiste le test de dépistage ?

Dans la majorité des cas, le test recommandé pour les hommes et les femmes âgées de 50 à 74 ans qui ne présentent pas de risques particuliers, est le test de recherche de sang occulte dans les selles. Tous les deux ans, les personnes âgées de 50 à 74 ans reçoivent une invitation à consulter leur médecin traitant, envoyée dans les Bouches-du-Rhône par l’association ARCADES.

Lors de la consultation, le médecin oriente son patient en fonction de son niveau de risque et propose le test aux hommes et aux femmes de 50 à 74 ans, sans symptôme apparent ni antécédent personnel ou familial de polypes ou de cancer colorectal.

Ce test est indolore, à faire chez soi et entièrement pris en charge par l’Assurance Maladie. S’il est positif, le médecin adresse dans un second temps le patient à un gastroentérologue pour la réalisation d’une coloscopie. Le test doit être répété tous les deux ans mais une surveillance des signes d’alerte entre deux tests est également recommandée.

 

Pour aller plus loin

 

 



Partagez cette information sur les réseaux sociaux