Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


CANCERS DE LA VESSIE : une prise en charge de plus en plus innovante


Le cancer de la vessie est en fréquence, après le cancer de la prostate, le deuxième cancer de l’appareil urinaire. Environ 11 965 nouveaux cas sont diagnostiqués en France chaque année, dont 80 % survenant chez l’homme. Avec une incidence en augmentation ces dernières décennies, principalement liée à l’intoxication tabagique et, dans une moindre mesure, à des intoxications professionnelles, le cancer de la vessie devient un véritable problème de santé publique.

La plupart (75 % à 85 %) des cancers de la vessie sont des tumeurs localisées superficielles, n’infiltrant pas le muscle, c’est-à-dire atteignant seulement les premières couches internes de l’organe, la muqueuse (urothélium) et la sous-muqueuse. 15 % à 25 % sont des cancers localisés et infiltrants, envahissant le muscle, ou encore non localisés et métastatiques.

Le diagnostic implique plusieurs examens :

  • Une analyse d’urines, pour rechercher notamment la présence d’éventuelles cellules cancéreuses.
  • Une endoscopie vésicale, réalisée à l’aide d’un fibroscope souple, introduit par les voies naturelles, sous simple anesthésie locale, pour visualiser l’intérieur de la vessie.
  • Une résection de la vessie au bloc opératoire, permettant de prélever un fragment (biopsie).
  • Comme pour tout diagnostic de tumeur solide, l’analyse des tissus issus de la biopsie.
  • Un scanner, pour repérer d’éventuelles extensions à distance.

Au regard de l’analyse de l’ensemble des résultats, si une tumeur est diagnostiquée, l’équipe pluridisciplinaire décide collégialement de la meilleure stratégie thérapeutique possible pour le patient.

Pour optimiser la prise en charge de ses patients atteints d’un cancer de la vessie, quel qu’en soit le stade et le type, l’Institut Paoli Calmettes met en œuvre plusieurs approches innovantes.



Partagez cette information sur les réseaux sociaux