Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Modèles « in vitro, in vivo » : les études préalables qui conditionnent l’évaluation des nouveaux traitements chez l’homme

Ces dernières années, la prise en charge des pathologies cancéreuses a considérablement progressé : aujourd’hui, un malade sur deux guérit de son cancer. Pour autant, il reste beaucoup de zones d’ombre dans notre compréhension des processus de tumorogenèse. Certains cancers, en particulier, restent difficiles à soigner. Et encore trop de malades ne répondent pas aux traitements et/ou rechutent après une rémission.

La recherche s’emploie donc à trouver de nouvelles approches thérapeutiques, de nouveaux médicaments susceptibles d’optimiser les traitements actuels. Or il n’est pas possible de tester directement sur des patients, dans le cadre d’essais cliniques, les nouvelles molécules découvertes dans les laboratoires, au potentiel a priori bénéfique, mais aux effets devant au préalable être démontrés in vitro dans des modèles expérimentaux de culture cellulaire et surtout in vivo, dans le contexte  intégré d’un organisme vivant. C’est le rôle des évaluations précliniques.

 

Des années de recherche avant les premiers essais cliniques

Très en amont de la mise en œuvre d’une nouvelle approche thérapeutique et de la mise sur le marché d’un nouveau médicament, l’aventure démarre par la définition d’une nouvelle cible thérapeutique propre à une cellule cancéreuse donnée. Le laboratoire de transgénèse développe des modèles visant à évaluer le potentiel de gènes candidats à constituer de nouvelles cibles thérapeutiques, sur lesquelles agir par le biais de nouveaux traitements.

Une fois une cible identifiée, il faut concevoir des approches pour agir sur celle-ci. Aujourd’hui, cette étape fait largement appel à l’outil informatique de la plateforme INT-3D, qui permet d’accélérer de façon rationnelle l’identification de nouvelles molécules.

L’activité biologique des molécules ainsi sélectionnées doit ensuite être évaluée « in vitro », sur des cellules « mises en culture », par la plateforme de culture cellulaire ou par la plateforme TrGET.

Quant l’efficacité de la molécule étudiée sur les cellules cancéreuses est démontrée « in vitro », l’étape suivante consiste à faire la preuve de son efficacité « in vivo », dans le cadre d’une mise en situation de l’être vivant dans son entier. Le candidat médicament doit en effet pouvoir atteindre sa cible et agir efficacement sur la cellule cancéreuse, au sein de l’organisme vivant.

L’animalerie est directement concernée par l’ensemble des activités menées « in vivo ». De même, toutes les équipes travaillant sur des projets de xénogreffes. Enfin, la plateforme TrGET est l’unité spécifiquement dédiée aux essais précliniques et à leur valorisation, afin de faciliter le transfert des thérapeutiques innovantes vers les patients

Pour en savoir plus sur les plateformes impliquées dans les projets de recherche menés « in vitro, in vivo »