Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


Etude CANTO : Améliorer la qualité de vie des patientes atteintes d'un cancer du sein


UNICANCER, en collaboration avec le Centre National de Recherche en Génomique Humaine au CEA (CNRGH) et la Fondation Jean Dausset – CEPH (Centre d’Etude du Polymorphisme Humain) au titre du LabEx GenMed, ont conclu, début 2017, un partenariat afin d’identifier les marqueurs prédictifs de toxicité aux traitements anticancéreux sur une cohorte de plus de 10 000 patientes. Ce partenariat s’inscrit dans la finalité de l’étude CANTO dans le but d'améliorer la qualité de vie de ces femmes traitées pour un cancer du sein localisé.

L’étude CANTO (CANcer TOxicities), promue par UNICANCER, porte sur le suivi à long terme d’une importante cohorte de patientes traitées pour un cancer du sein localisé. Menée essentiellement au sein des Centres de lutte contre le cancer (CLCC), elle a pour but de quantifier et de prévenir les toxicités chroniques liées aux traitements (chirurgie, radiothérapie, hormonothérapie…).

Elle s’appuie notamment sur un suivi des patientes, sur une période de 10 ans, en deux volets : d’une part le recueil d’informations précises sur les traitements reçus, les toxicités observées mais aussi sur la qualité de vie des patientes, l’impact social et psychologique de la maladie, sa prise en charge, etc ; et d’autre part le recueil d’échantillons biologiques sanguins prélevés régulièrement au cours du suivi des patientes. 

Des traitements mieux adaptés pour une meilleure qualité de vie


A terme, l’objectif est de mettre au point des tests pouvant prédire les toxicités, puis, d’adapter les traitements à un niveau individuel en fonction de leur risque de survenue. Ce partenariat s’inscrit ainsi dans la finalité de CANTO d'améliorer la qualité de vie des femmes traitées pour un cancer du sein localisé en prévenant les effets toxiques des traitements.



Partagez cette information sur les réseaux sociaux