Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Le centre hospitalier de Castelluccio (Ajaccio)

La prise en charge de la pathologie cancéreuse est assurée par un service d’oncologie médicale et hématologie et par un service de radiothérapie, constituant le pôle de cancérologie. Cette structure s’adresse à l’ensemble des patients atteints de tumeurs malignes hématologiques ou solides et des pathologies nécessitant une autogreffe ou allogreffe de moelle osseuse.

En son sein, une unité de consultation pluridisciplinaire se réunit régulièrement et les schémas de prise en charge des patients sont élaborés en collaboration avec des médecins traitants généralistes et/ou spécialistes. Cela garantit ainsi une prise en charge concertée permettant d'assurer la continuité et la qualité des soins.


Les deux services ont en commun une unité de soins intra hospitalière, « Alivu », avec :

  • un hôpital temps complet,
  • un hôpital de jour.

Le pôle de cancérologie participe au grand réseau de cancérologie PACA et Corse. Il assure la coordination du réseau local de cancérologie de Corse du Sud, « ONCO2A ».



L’Institut Paoli-Calmettes et le Centre Hospitalier de Castelluccio (CHD), sont unis dans un partenariat visant à maintenir et développer un service de cancérologie de qualité et de proximité pour les patients de Corse du sud.

La coopération signée entre les deux structures engage les partenaires dans trois domaines :

  • le partage de temps médical, assorti de protocoles de traitements mutualisés et de Réunions de Concertation Pluridisciplinaire (RCP) communes.
  • le soutien de l’IPC afin de permettre la continuité des activités de radiothérapie et de chimiothérapie pour les patients vivant en Corse du Sud. L'IPC, centre de référence, garantit une prise en charge de qualité des patients en Corse du Sud et leur évite un déplacement sur le continent.

    Ce soutien suppose le rapprochement des deux parcs de matériel, de façon à faciliter la continuité des traitements, la formation des personnels, l’élaboration de protocoles de traitements communs, des audits croisés réguliers et l’ouverture de la curiethérapie de l’IPC aux patients du CHD.
  • l’accessibilité facilitée des patients pris en charge à Castelluccio aux programmes de recherche menés par l’IPC et aux innovations thérapeutiques et traitements de recours. L’IPC facilite l’inclusion de patients suivis à Castelluccio dans des essais de phase précoce à l’IPC, ou l’intégration de patients à des programmes de recherche cliniques depuis Castelluccio.

Pour le professeur Patrice Viens, Directeur Général de l’IPC :

« L’accord avec Castelluccio s’inscrit dans une histoire qui lie de longue date nos deux centres, et traduit opérationnellement notre volonté d’assurer un service de santé de qualité et de proximité en cancérologie pour tous les patients du territoire ».

 

Un enjeu de proximité et de qualité des soins en cancérologie pour les patients de Corse du Sud que souligne également le directeur du CHD, le Dr Gilbert Chodorge :

« C’est une dynamique en phase avec les préconisations du Plan Cancer 2009-2013, soucieux d’assurer une offre de soins graduée en cancérologie et de garantir à chaque patient un parcours de soins personnalisé et coordonné. »

Deux médecins de l’IPC partagent leur temps de travail entre Corse et continent.

Le Dr Jérôme Rey se rend en Corse tous les mardis, pour les consultations concernant les cancers hématologiques, soit une vingtaine de rendez-vous dans la journée.

« J’apporte mes compétences pour les diagnostics et le suivi thérapeutique des patients, que ce soit pour les nouveaux patients ou pour le suivi régulier des patients déjà sous traitement », raconte-t-il.

 

Un partage aussi intéressant que complexe, vu le nombre croissant de patients.

« Notre présence à temps partiel exige une bonne organisation. Heureusement, nous avons l’aide d’une infirmière dédiée, formée en cancérologie, qui gère les dossiers. Elle organise les plannings de rendez-vous avec les patients et gère les prescriptions d’analyses complémentaires ».

 

Le Dr Jean-François Moulin, oncologue, exerce sur place trois jours par semaine, du mercredi au vendredi, et partage son temps entre les consultations et l’hôpital de jour. Les tumeurs solides représentant 70 % de l’activité à Castelluccio, son temps est aussi compté.

« Nous apportons nos compétences de spécialistes, et notre présence à Ajaccio permet d’éviter le déplacement sur le continent de patients qui peuvent être pris en charge sur place, donc de rationaliser les déplacements, en référant sur notre centre de cancérologie à Marseille des patients, selon les pathologies et les disponibilités de traitements sur Castelluccio. Ceux qui peuvent être pris en charge dans de bonnes conditions ici restent sur place ». Un « tri » vertueux pour les patients, qui n’ont plus à s’éloigner de chez eux, et pour les dépenses de santé, avec une réduction de fait des prises en charge conventionnelles.

 

La présence du Dr Jean-François Moulin à l’articulation entre les deux centres lui permet également de gérer les côtés administratifs et pratiques au quotidien, apportant son aide au Dr Céline Lantieri, chef de pôle.

« La convention comporte trois axes : les soins médicaux, la formation et la recherche. Nous travaillons sur une homogénéisation totale des pratiques, des référentiels et des procédures. Le personnel soignant pourra bénéficier de formations développées à l’IPC, la recherche clinique menée à l’IPC sera plus accessible aux patients de Corse de Sud, qui pourront être inclus dans des essais de phase 3 par exemple, voire intégrer des essais précoces à l’IPC  ».

 

Il est également envisagé que le centre hospitalier de Castelluccio puisse participer à l’implémentation de la tumorothèque de l’IPC.

Des ponts entre l’IPC et Castelluccio

Le pôle de cancérologie de Castelluccio se compose de deux radiothérapeutes et deux médecins généralistes, qui prescrivent les chimiothérapies sous la responsabilité des médecins « détachés » par l’IPC.

Globalement, toutes les pathologies cancéreuses peuvent être traitées à Castelluccio, à l’exception des leucémies aiguës qui nécessitent une structure particulière pour  les cytaphérèses ou les greffes de moelle osseuse.

La plupart des chirurgies habituelles d’exégèse sont également réalisables à Castelluccio. Mais, les patients qui ont besoin d’une chirurgie pelvienne, hépatique ou pancréatique lourde sont référés à l’IPC, coutumier de ces interventions.

Comme à l’Institut, les protocoles de traitements des patients sont décidés en Réunions de Consultations Pluridisciplinaires (RCP) pour les tumeurs solides. Les RCP sont l’assurance d’un traitement le plus efficace possible, qui tient compte des évolutions des recommandations, et le plus adapté à chaque patient. Les dossiers difficiles sont présentés par le Dr Moulin aux RCP de recours. Le Dr Rey et les médecins impliqués se réunissent par visioconférence pour l’hématologie.

Le partenariat entre l’IPC et le CHD de Castelluccio comporte également un volet permettant l’accès à la tumorothèque de l’IPC. Il existe trois tumorothèques dans la région, coordonnées par le cancéropôle PACA :

  • la tumorothèque de l'Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille (APHM),
  • la tumorothèque commune entre le Centre Hospitalier Universitaire de Nice et le Centre Antoine Lacassagne,
  • la tumorothèque de l'IPC.