Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30


Caractérisation des niches de la moëlle osseuse capables de de soutenir l’hématopoïèse, avec des implications importantes en médecine régénérative ainsi que dans l’étude des phénomènes impliqués dans les résistances aux traitements des hémopathies malignes


Il existe dans la moelle osseuse des cellules spécialisées, appelées cellules stromales, capables de soutenir le développement des cellules hématopoïétiques par la production de facteurs de croissance spécifiques. Ainsi, la chémokine CXCL12 et la cytokine IL7 sont essentielles à la différenciation des lymphocytes B précoces (pro-B) alors que la maintenance des cellules souches hématopoïétiques (CSH) dépend de CXCL12 et du facteur de croissance SCF. La diversité des cellules stromales et les mécanismes qui permettent aux cellules hématopoïétiques d’interagir avec leur niche stromale spécifique restent mal compris. . L’étude de Stéphane Mancini et ses collègues au CRCM a pour objectif de caractériser les cellules stromales capables de permettre le développement des cellules pro-B et d’identifier le réseau d’interaction responsables de leur rétention spécifique dans leur niche.

Cette étude a permis de mettre en évidence chez la souris l’existence de contacts préférentiels entre les cellules pro-B et les cellules stromales péri-sinusoidales (CSPS). Alors que les CSPS étaient connues pour leur capacité à soutenir l’auto-renouvellement des CSH grâce à l’expression de facteurs tels que CXCL12 et SCF, cette étude montre qu’elles expriment aussi des gènes nécessaires au développement des lymphocytes B tel que l’IL7. De plus, les cellules pro-B sont fréquemment localisées à proximité de CSH dans la même niche indiquant que les CSPS sont capables de soutenir simultanément les processus d’auto-renouvellement et de différentiation.

Par une analyse bioinformatique, cete étude a permis d’identifier les molécules permettant les interactions entre les cellules pro-B et les CSPS parmi lesquelles Nidogen-1, dont le rôle essentiel pour la rétention des cellules pro-B dans leur niche a pu être confirmé chez des souris déficientes pour cette protéine. Finalement, les cellules pro-B et des progéniteurs hématopoïétiques ont aussi été localisés chez l’homme à proximité de cellules stromales possédant des caractéristiques similaires et sécrétant l’IL7 et CXCL12.

 

Par conséquent, ces résultats montrent qu’il existe chez la souris et chez l’homme une niche multi-spécifique capable de soutenir à la fois le développement de progéniteurs multipotents mais aussi de cellules engagées définitivement dans leur lignage hématopoïétique, remettant ainsi en question la multiplicité des niches hématopoïétiques dans la moelle osseuse. Cette compréhension des niches et des mécanismes leur permettant  de soutenir l’hématopoïèse a une implication importante en médecine régénérative ainsi que dans l’étude des phénomènes impliqués dans les résistances aux traitements des hémopathies malignes.

 

Référence :

Nidogen-1 contributes to the interaction network involved in pro B cell retention in the perisinusoidal hematopoietic stem cell niche.

Balzano M, De Grandis M, Vu-Manh T-P, Chasson L, Bardin F, Farina A, Sergé A, Bidaut G, Charbord P, Herault, Bailly A-L, Michaud Cartier A, Boned A, Dalod M, Duprez E, Genever P, Coles M, Bajenoff M, Xerri L, Aurrand-Lions M, Schiff C & Mancini S

Cell Reports 2019 doi 10.1016/j.celrep.2019.02.065



Partagez cette information sur les réseaux sociaux