Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Savoir et comprendre


Le tabac est la 1ère cause de cancer et la 1ère cause de mortalité évitable.

En France, il est responsable de 73 000 décès, dont 44 000 par cancer.

 

 

Si vous avez envie de retrouver santé et liberté, le plus simple est de vous arrêter de fumer. C'est votre motivation qui est le moteur le plus important.

Réussir est possible, même après des échecs (en moyenne 4 essais sérieux avant le succès). C'est vous qui établissez votre plan personnalisé, après avoir étudié les différentes stratégies d'arrêt, vos habitudes, vos comportements et après avoir choisi ce qui vous va le mieux.

Il ne vous reste plus qu'à fixer une date.

Découvrez tout de suite les avantages

  • à court terme
  • à long terme

Quels avantages à arrêter ?

En plus de la diminution de la toux et le retour du « souffle » qui sont généralement perçus, bien d'autres bénéfices sont acquis rapidement après l'arrêt du tabac.

A court terme

  • Après 20 minutes

La tension artérielle, le pouls et la circulation sanguine s'améliorent au niveau des mains et des pieds.

  • Après 8 heures

L'oxygénation du sang se normalise.

  • Après 24 heures

Les poumons commencent à éliminer les glaires et le goudron.

  • Après 48 heures

L'odorat et le goût s'améliorent.

  • Après 72 heures

On respire mieux et on est moins vite essoufflé.

  • Après 2 à 12 semaines

La circulation sanguine générale s'améliore.

  • Après 3 à 9 mois

La toux et la respiration sifflante diminuent manifestement.

Et n'oubliez pas les autres bénéfices que vous remarquez rapidement :

  • la désagréable odeur de tabac disparaît de vos vêtements et de vos cheveux,
  • votre haleine est plus fraîche,
  • les dents et la langue redeviennent plus saines.

Par ailleurs, votre entourage appréciera l'air plus pur. Sur le plan financier également, vous remarquerez très rapidement que vous économisez beaucoup d'argent, que vous pouvez consacrer à d'autres choses.

A long terme

Lorsqu'on arrête de fumer, on peut être fier de soi, ce qui améliore son image personnelle.

En arrêtant de fumer, on diminue le risque de mortalité et la gravité de toutes les maladies liées au tabagisme. Plus on arrête tôt de fumer, plus les risques diminuent, mais il n'est jamais trop tard pour arrêter.

Voici un aperçu des principaux bénéfices de l'arrêt tabagique à plus long terme :

  • Après 1 an

Le risque de maladie cardiaque a diminué de moitié.

  • Après 2 ans

Le risque d'infarctus est égal à celui d'un non-fumeur.

  • Après 5 ans

Le risque d'accident vasculaire a diminué de moitié. Le risque de cancer de la bouche, de l'oesophage et de la vessie a également diminué de moitié.

  • Après 10 ans

Le risque de cancer du poumon s'est réduit de moitié. Le risque d'accident vasculaire est égal à celui d'un non-fumeur.

  • Après 15 ans

Le risque d'une maladie cardiaque est égal à celui d'un non-fumeur. Le risque de mortalité est pratiquement égal à celui des personnes qui n'ont jamais fumé.

N'oubliez pas non plus les bénéfices pour votre entourage, qui n'est plus exposé aux dangers du tabagisme passif. En outre, vous montrez le bon exemple aux jeunes et aux plus vieux. Et enfin, vos finances ne s'en porteront que mieux car fumer n'est pas seulement une habitude dangereuse, c'est aussi une habitude coûteuse..

Dans le monde 1 adulte sur 10 meurt des conséquences du tabac. Soit chaque année 10 millions de morts.

En 2030 selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on pourrait même atteindre 1 sur 6.

Ces dernières années, on assiste à une diminution de la mortalité tabagique dans les pays riches et une augmentation dans les pays en voie de développement.

Le tabagisme est à l'origine de :

  • 30 % des décès dus à un cancer,
  • 75 % des décès dus à des affections respiratoires,
  • 25 % des décès dus à des maladies cardio-vasculaires.

Les risques dépendent de 5 facteurs :

  • la durée : plus on commence à fumer tôt et plus on fume pendant un grand nombre d'années, plus le risque de développer une affection liée au tabac est important,
  • la consommation quotidienne de tabac : plus elle est élevée, plus le risque est grand,
  • la façon de fumer : plus l'exposition au tabac est importante (aspirer profondément et de manière répétée, garder la cigarette entre les lèvres entre deux inhalations, etc.), plus le risque augmente,
  • le produit consommé : les cigarettes augmentent surtout le risque de cancer de la gorge et des poumons, tandis que le cigare et la pipe engendrent surtout des cancers des lèvres et de la bouche,
  • le type de cigarettes :le risque de cancer augmente avec la teneur en goudron. (Source Fondation belge contre le cancer)

Le cancers et le tabac

Aujourd'hui, le cancer du poumon est la cause d'un tiers des décès dus au cancer chez les hommes dans les pays occidentaux.

Les femmes en sont de plus en plus atteintes. Mais bon nombre d'autres formes de cancer sont également plus fréquentes chez les fumeurs. Environ 30% de tous les cas de cancer (cancers de la bouche, des lèvres et de la gorge, de la vessie, du pancréas, du col de l'utérus, etc.) sont liés au tabagisme.

Effets à court terme

Dès que vous vous êtes mis à fumer régulièrement, les différentes substances de la fumée (4000) ont commencé à agir et plus ou moins rapidement des effets sont apparus

  • fatigue persistante
  • infections du nez et de la gorge à répétition
  • toux et expectorations matinales
  • perte d'appétit, diminution du goût
  • jaunissement des doigts et des dents
  • mauvaise haleine
  • vieillissement de la peau (rides plus nombreuses et plus profondes)
  • irritation des yeux
  • essoufflement
  • voix rauque
  • inflammation des gencives

C'est souvent le désir d'être accepté par le reste du groupe, qui pousse les jeunes de 10 à 18 ans à faire l'expérience de la cigarette.

Plusieurs motivations sont possibles, les plus courantes :

  • faire comme les autres,
  • se donner une apparence de maturité,
  • imiter les aînés,
  • contester l'autorité.

La décision de commencer à fumer est tout sauf rationnelle.

Comment l'habitude du tabac s'installe-t-elle ?

Le tabac contient de la nicotine, laquelle peut entraîner une dépendance physique. Bien qu'elle rende souvent malades les fumeurs débutants, elle a sur l'utilisateur régulier un effet relaxant, stimulant, agréable ou satisfaisant. Avec le temps, le fumeur s'habitue aux effets désagréables. Par conséquent, les effets agréables prennent davantage d'importance et peuvent mener à une consommation compulsive.

Pourquoi les gens continuent-ils de fumer ?

Seul le tabac contient de la nicotine, qui est une puissante substance psychotrope. L'inhalation de la fumée de cigarette procure au fumeur une dose instantanée de nicotine qui se répand dans le sang.  Plusieurs fumeurs considèrent que le simple fait de tenir une cigarette leur fait du bien. La dépendance reliée au tabagisme est à la fois psychologique et physique : c'est pourquoi tant de gens continuent de fumer même s'ils savent que la cigarette peut être (ou est) dommageable pour leur santé.

(Source Soc Canadienne, dernière modification le 23 février 2006)

Le tabagisme passif n’est pas dangereux

FAUX : La fumée du courant « secondaire », qui résulte de la combustion entre les bouffées, est celle qui contient le plus de substances cancérigènes ; c’est elle qui est inhalée par l’entourage.

Le tabac à rouler est moins dangereux que les cigarettes industrielles

FAUX : Les cigarettes que l’on roule soi-même sont perçues comme plus naturelles et moins nocives.

Il n’en est rien, bien au contraire. Comme le tabac à rouler brûle mal, les cigarettes s’éteignent souvent et produisent une fumée plus toxique : leur rendement en nicotine et goudron est 3 à 6 fois plus élevé, sans compter qu’il n’y a pas de filtre. Depuis 2002, toute cigarette commercialisée en Europe ne doit pas contenir plus de 1 mg de nicotine, 10 mg de goudron, 10 mg de CO. Or le tabac à rouler échappe à cette réglementation.

Fumer seulement 2 ou 3 cigarettes par jour n’est pas dangereux

FAUX : Il n’existe pas de seuil au-dessous duquel il est possible de fumer sans conséquences néfastes pour la santé. La survenue d’un cancer du poumon s’explique à la fois par la durée du tabagisme et par le nombre de cigarettes quotidiennes, avec le rôle prépondérant de la durée d’exposition au tabac. Un triplement du nombre de cigarettes fumées par jour multiplie par trois le risque de cancer du poumon, alors qu’un triplement de la durée du tabagisme multiplie ce risque par 100. Le risque augmente également en fonction de la précocité de l’âge de début de la consommation de tabac (baromètre cancer 2010). Pour réduire le risque, le seul moyen est d’arrêter de fumer.