Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Cancers de l’œsophage
et de la jonction oesophagique :
des cancers encore essentiellement masculins

Près de 5 000 nouveaux cas de cancers de l’œsophage sont diagnostiqués chaque année en France. Les 3/4 concernent des hommes, pour la plupart âgés de plus de 50 ans.

Le cancer de l’œsophage se développe le plus souvent à partir des cellules de la muqueuse. Selon le type de cellule impliquée, on parle de carcinome épidermoïde ou d’adénocarcinome.

Les symptômes sont principalement des douleurs, des brûlures, des saignements et, plus particulièrement, des difficultés à avaler ainsi qu’une importante perte de poids. Toute dysphagie (gêne à la déglutition et sensation de blocage des aliments) marquée doit amener à consulter.

Deux types de cancer de l’œsophage

Les carcinomes épidermoïdes se développent préférentiellement sur le tiers moyen et supérieur de l’oesophage. Ils sont majoritairement liés à l’intoxication éthylo-tabagique. Aujourd’hui, ils sont néanmoins en diminution.

Les adénocarcinomes représentent 50 % des cancers de l’œsophage. Ils se développent  préférentiellement sur le tiers inférieur de l’œsophage et sur la jonction oeso-gastrique (JOG, aussi appelée cardia). Ces dernières années, les cancers de la JOG sont en augmentation.

Des facteurs tels que le stress ou le mode de vie, favorisant le reflux gastro oesophagien (remontée dans l’œsophage d’une partie du contenu de l’estomac), pourraient favoriser son apparition. En effet, la plupart du temps, ces adénocarcinomes sont associés à un endobrachyoesophage (EBO) : sous l’effet du reflux acide et pour résister à l’acidité, la muqueuse de l'œsophage se transforme en muqueuse intestinale.


La prise en charge à l’IPC : une chirurgie à la pointe

En cas de carcinome épidermoïde (tiers moyen ou supérieur de l’œsophage), le patient se voit généralement proposer un traitement de radio-chimiothérapie concomitante, le plus souvent exclusive.

En cas d’adénocarcinome, selon le stade d’évolution de la tumeur diagnostiquée, la prise en charge s’effectue le plus souvent dans le cadre d’un traitement de chimiothérapie ou alors dans le cadre d’une chirurgie, encadrée par un protocole de chimiothérapie péri-opératoire composé de 3 cycles avant la chirurgie et de 3 cycles après la chirurgie.

L’équipe de l’IPC a développée et amélioré une technique chirurgicale spécifique, systématiquement utilisée pour toutes les chirurgies du cancer de l’œsophage. Cette technique, appelée « voie trans-hiatale oncologique », permet de réaliser l’intervention sans ouvrir le thorax. Elle s’avère beaucoup moins invasive pour le patient.

Par ailleurs, lorsqu’un endobrachyoesophage présente un cancer débutant, il peut être pris en charge par voie endoscopique, soit par mucosectomie, soit par radiofréquence ou l’association des deux. L’IPC a réalisé en 2008 les premiers cas, en France, de traitement de l’endobrachyoesophage par radiofréquence.

 

L'oesophage

  • L’oesophage est un conduit de l’appareil digestif situé entre le pharynx et l'estomac.
  • Il permet d'acheminer les aliments dans l’estomac, avec lequel il communique par l’intermédiaire du cardia (jonction oeso-gastrique).

L'équipe médicale

Chirurgien

  • Dr Jérôme Guiramand

Gastroentérologues

  • Dr Erwan Bories
  • Dr Fabrice Caillol
  • Dr Marc Giovannini
  • Dr Christian Pesenti

Oncologues

  • Dr Slimane Dermeche
  • Dr Marine Gilabert
  • Dr Sandrine Oziel-Taieb
  • Dr Pauline Ries

Radiothérapeute

  • Dr Laurence Moureau-Zabotto

Facteurs de risque

Les principaux facteurs de risque sont le tabagisme, l’alcoolisme et surtout leur association dans le cas du carcinome épidermoïde, ainsi que l'obésité et le reflux gastro-œsophagien dans le cas de l’adénocarcinome (Source : INCa).