Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

La consultation psychologique

Interview du Dr Patrick Ben Soussan, responsable de l’Unité de psychologie clinique de l’IPC

« La vie psychologique de la guérison ne coïncide pas nécessairement avec la vie physiologique de la disparition de la maladie. »

 

Pourquoi est-ce que « ça va mal » quand ça devrait aller mieux ?

Dr Ben Soussan : Pendant des mois, les patients se sont « battus » contre la maladie, ont passé du temps à l’hôpital, sur les routes, à attendre, à espérer, à craindre, ont été opéré peut-être, ont eu une chimio, des rayons, des examens, des traitements… Une fois les traitements terminés, lorsque le médecin parle de rémission, c’est le soulagement.

  • En réalité, le cancer, peut-être l’est, guéri, « sous contrôle », stabilisé, mais le patient ?
  • Comment quitter le statut de malade, après avoir vécu cette expérience si particulière, qui a bouleversé irrémédiablement la vie et le plus souvent celle des proches, famille, conjoint, enfants, relations ?
  • Qu’est-ce que ne plus être malade ?

Dans le quotidien des consultations de suivi, tous les malades témoignent de leur désarroi devant cette situation nouvelle pour eux où, après la fin des traitements, ils se sentent perdus, abandonnés, soumis à l’incertitude. Se reconstruire après l’épreuve du cancer n’est pas exempt de souffrances et de peines.

Il y a donc plusieurs stades dans la guérison ?

Dr Ben Soussan : Le temps de l’après cancer est propice aux réaménagements identitaires, oscillant entre perte et nouvelle construction, entre retrait et réinvestissement : c’est que guérison psychique et guérison somatique s’établissent en deux temporalités formellement distinctes, qui ne se superposent jamais.

La guérison psychique dépendra certes de l’expérience de la maladie, du traitement mais aussi de l’histoire, de la culture et des représentations conscientes et inconscientes du malade - souvent la manière de sortir de la maladie dépendra beaucoup de la manière d’y être rentré. Ainsi on peut dire qu’on guérit d’une maladie mais pas nécessairement d’avoir été malade.

La guérison, un événement de vie

Que signifie donc guérir ?

Canguilhem, un grand philosophe français, remarquait que la guérison est l’élément le moins traité dans la réflexion médicale. Ainsi, si pour le médecin, la guérison est une valeur biologique, visée dans l’axe d’un traitement approprié, pour le malade, elle est un événement de vie, elle a une valeur existentielle.

A l’Institut Paoli-Calmettes, une consultation psychologique de fin de traitement a donc été systématisée. La démarche témoigne de ce souci de permettre aux malades qui ne le sont plus de vivre ce passage le plus sereinement possible. Et de s’engager résolument dans leur « nouvelle » vie.

La consultation psychologique de fin de traitement

Dans le parcours personnalisé de soins, après le cancer, l’Institut propose systématiquement aux patients une consultation psychologique de fin de traitement. Ce temps de dialogue et de soutien permet de revenir, à distance de la réalité aiguë de la maladie et des soins, sur le vécu de ces moments parfois douloureux, les angoisses parfois encore vives, les espoirs parfois si vastes.

Cette consultation parfaitement facultative peut vous être utile. N’hésitez pas à en bénéficier.

Pour tout renseignement et rendez-vous : 04 91 22 33 97.