Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Le monitoring biologique, élément clé des essais cliniques du XXIème siècle

La tumorothèque de l’Institut assure la prise en charge de tous les échantillons prélevés aux patients dans le cadre des essais cliniques.

Pour évaluer la réponse à un nouveau médicament (ou à une nouvelle stratégie thérapeutique) testé dans le cadre d’un essai clinique, déterminer la dose à administrer, l’évaluation clinique du patient reste indispensable mais n’est aujourd’hui plus suffisante : tous les protocoles de recherche biomédicale modernes prévoient d’emblée de nombreux contrôles biologiques. 

Faisant souvent appel à des techniques d’analyse sophistiquées, ils sont en général réalisés sur des plateformes d’analyse centralisées garantissant une homogénéité et une harmonisation dans l’exécution de ces analyses. Cette centralisation conduit les centres investigateurs comme l’Institut Paoli-Calmettes à s’organiser pour collecter, traiter le cas échéant, conserver transitoirement et expédier ces échantillons vers des destinataires multiples, dans des délais maîtrisés imposés par le protocole de recherche biomédicale.

Gérer de multiples instructions et un chaînage complexe

Ces contrôles biologiques doivent être effectués en respectant de plus en plus de contraintes méthodologiques (nombre de prélèvements par 24 h pour chaque patient, conditions d’analyse, etc.) ainsi que les conformités réglementaires en vigueur, afin de répondre à des objectifs toujours différents d’un protocole à l’autre.

L’Institut s’étant stratégiquement positionné sur le développement d’essais cliniques de phase I, la tumorothèque, en interface avec le Département de la Recherche Clinique et de l’Innovation, s’est spécialisée dans la gestion des flux d’échantillons biologiques propres à ces essais précoces : peu de malades inclus mais un monitoring biologique d’une grande complexité, qu’il est crucial de respecter pour pouvoir exploiter les résultats de l’étude.

La Tumorothèque a notamment installé un laboratoire « déporté »  au sein de l’unité d’investigation clinique ETOH : cette organisation permet une prise en charge technique immédiate des échantillons prélevés lorsque le protocole l’impose.

Pour faire face à la récente progression d’activité et à la croissance du nombre d’échantillons biologiques à traiter, le plateau technique dispose d’automates de toute dernière génération. La gestion des flux induits mobilise actuellement, chaque jour, de 2 à 3 techniciens à plein temps.