Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Traitement médical du cancer de la vessie


La chimiothérapie dans la tumeur de la vessie localisée infiltrante

* Une chimiothérapie peut être proposée avant la cystectomie. On parle alors de chimiothérapie néo-adjuvante. Le traitement se déroule sur trois mois avant l'opération. Cette chimiothérapie a pour but de réduire le volume tumoral, de limiter l’extension à distance et de réduire le risque de diffusion métastatique. Elle réduit également le risque de rechute métastatique.

Cette chimiothérapie préventive ne peut être envisagée que si les patients présentent une bonne fonction rénale et l’absence de contre-indication cardiaque, un état clinique compatible avec la réalisation de ce traitement.

* La chimiothérapie peut également faire suite à la chirurgie. Cette chimiothérapie adjuvante utilise les mêmes molécules que celles utilisées en situation néo-adjuvante. Elle vise à réduire le risque de rechute métastatique de la maladie du cancer urothélial si les caractéristiques de la maladie opérée sont agressives.

* Dans certains cas, si un traitement chirurgical ne peut être réalisé, la chimiothérapie peut être associée à la radiothérapie.

La chimiothérapie du cancer de vessie métastatique

La prise en charge d’un cancer de la vessie métastatique repose uniquement sur de la chimiothérapie. Les molécules utilisées peuvent varier d’un patient à l’autre.

La participation à un essai clinique peut vous être proposée. Afin d’optimiser les traitements, d’améliorer l’arsenal thérapeutique, l’IPC développe en effet une forte activité de recherche clinique. Pour les tumeurs de la vessie non localisées métastatiques, différents protocoles de chimiothérapie sont en cours, de même que des essais comparant les nouvelles immunothérapies (anti PD-L1) aux chimiothérapies standards. En savoir plus