Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

L'appellation « cancers hématologiques » ou « hémopathies » inclut les cancers se développant aux dépens des cellules du sang, des ganglions, de la lymphe et de la moelle osseuse

A la différence des autres cancers, les cancers hématologiques ne se caractérisent pas systématiquement par des « tumeurs solides » que l’on peut extraire par la chirurgie.

De fait, ils sont traités par chimiothérapies, immunothérapie, parfois radiothérapie et thérapie cellulaire (les greffes) comme traitement de consolidation, pour éviter les rechutes auparavant nombreuses, dues à des cellules cancéreuses résiduelles.

Des progrès considérables ont été réalisés en 30 ans dans le traitement des cancers hématologiques qui ont été les premiers à bien « répondre » aux chimiothérapies, et ces traitements gagnent en permanence en efficacité. Les chimiothérapies permettent d'obtenir des « rémissions », dont certaines se sont transformées en « guérisons ». Depuis ces premiers succès, le nombre des chimiothérapies « conventionnelles » a augmenté et leur combinaison a permis de gagner en efficacité. Cependant, les chimiothérapies sont des traitements puissants et lourds qui attaquent les défenses immunitaires des malades, les rendant très vulnérables aux agressions, notamment bactériennes, fongiques (infections par des champignons) ou virales.

Les progrès plus récents ont porté sur la mise au point de médicaments « ciblés » et en particulier des formes d'immunothérapie par anticorps monoclonaux comme dans les lymphomes ou des inhibiteurs de tyrosine kinase comme dans la LMC. Ces traitements, parfois administrés seuls ou le plus souvent en association avec la chimiothérapie, ont permis d'augmenter les taux de guérison sans augmenter les effets secondaires.

Les techniques de greffes, qui ont, elles aussi, progressé, contribuent également aux progrès notables enregistrés contre des maladies aux pronostics très sombres par le passé, et environ 2/3 des cas sévères autrefois se traduisent aujourd’hui par une rémission. 

Tous ces progrès, et les améliorations qu’ils ont entraînées pour certaines pathologies, permettent aujourd’hui d’envisager, selon les cas, une désescalade thérapeutique, une administration simplifiée des médicaments, ou encore une prise en charge allégée en hôpital de jour (et non plus systématiquement en hospitalisation conventionnelle). Pour les malades, les gains en termes de qualité de vie sont indéniables.

Actuellement, de nouveaux espoirs sont permis avec :

  • d’une part le développement de nouveaux médicaments avec des mécanismes d'action originaux ciblant la cellule maligne, son environnement, ou les cellules immunitaires dotées d'une activité anti-tumorale naturelle et l'étude des différentes combinaisons de ces nouveaux médicaments ;
  • d’autre part, l’avènement d’un nouveau type de greffe allogénique, la greffe haplo-identique ou haplo mismatch.

La prise en charge des cancers hématologiques de l’adulte est l’une des spécificités fortes de l’IPC qui dispose d’experts reconnus au niveau international, d’unités et de plateaux techniques dédiés à des prises en charge très spécialisées et sophistiquées. Outre des essais cliniques nombreux menés dans le domaine des cancers hématologiques, l’IPC est en pointe dans l'évaluation précoce de nouveaux médicaments réalisée dans son unité dédiée, l'Unité d'Evaluation Thérapeutique en Oncologie-Hématologie (ETOH), qui réalise de nombreux essais de phase 1 dans les leucémies et les lymphomes.

Les traitements par thérapie cellulaire (greffe de moelle) représentent également un domaine dans lequel l'IPC est en pointe : environ 7 500 greffes (dont 1 500 allogreffes) ont été réalisées à l'institut depuis les années 1980 à l'ouverture de ce programme dans l'établissement. L'IPC dispose d'une unité dédiée à la prise en charge des cancers hématologiques, à la thérapie cellulaire et la transplantation (U2T).

Enfin, soucieux d’une prise en charge globale des patients, un espace de détente et de rencontres a été créé pour les jeunes patients : l’espace Florian. Des soins et services spécifiques ont été conçus pour les adolescents et jeunes adultes pris en charge.

Toujours pour améliorer la qualité de vie des patients qui sont en traitement, l’Institut a développé une offre de soutien psychologique dédiée et s’investit dans des journées régulièrement programmées de rencontre « patients », aux formats privilégiant des approches interactives, de dialogue et d’échanges.

Chiffres clés

  • Les cancers hématologiques sont plus rares que les autres cancers à tumeurs solides. Ils représentent environ 5 % de l'ensemble des cancers. Autrefois maladies à très sombre pronostic, les cancers hématologiques enregistrent aujourd’hui des taux de guérison de 60 % à 75 %.
  • L’IPC dispose de plateformes et d’équipes, pour la recherche comme pour le traitement, qui le place comme l’un des plus importants centres en France et, pour la greffe, en Europe.
  • 1 174 patients, sur 8 654 nouveaux patients, ont été pris en charge à l’IPC en 2014 dans l’un des deux départements d’hématologie de l’IPC.