Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Qu'est-ce que le risque génétique ?

Pour certaines personnes, en raison de leur hérédité, le risque de développer tel ou tel cancer est plus marqué que pour d’autres. Pour autant, il ne faut pas confondre risque génétique et fatalité.

Les cancers sont des maladies dans lesquelles des anomalies génétiques sont systématiquement retrouvées au niveau de la tumeur. Le plus souvent, ces altérations génétiques se sont accumulées au fil des années, en lien avec le mode de vie (radiations, fumée du tabac, alimentation, etc.), avant de donner naissance à la maladie. Parfois, une mutation directement impliquée dans le développement d’une tumeur est présente dans toutes les cellules d’une personne dès sa naissance. On dit que cette mutation est « héréditaire » ou « constitutionnelle ».

Il y a alors prédisposition au cancer : la personne concernée présente un risque plus élevé que la population générale de développer certaines tumeurs liées à cette ou ces mutations. Globalement, les cancers associés à l’hérédité sont majoritairement des cancers du sein, de l’ovaire, du côlon. Par exemple, on estime qu’environ 3 % des cancers du côlon et du rectum seraient liés à une prédisposition génétique forte.

Mais d'autres pathologies sont également concernées : estomac, thyroïde, mélanome.

C’est le risque qui se transmet et non le cancer

Selon le type de prédisposition, le niveau de risque varie sur une échelle allant de faible à fort. « On peut considérer que 5 % des cancers, voire un peu moins, seraient liés à un risque qualifié de fort, et 30 % seraient liés à un risque génétique qualifié de faible », précise François Eisinger, oncogénéticien à l’IPC.

Toutefois, même si elle hérite d’une mutation associée à un cancer donné, une personne ne développe pas obligatoirement le cancer en question.

« C’est le risque qui se transmet et non le cancer. Il y a certes des cancers où l’hérédité joue un rôle important, mais il n’existe pas de cancer héréditaire en soi. Personne n’est totalement protégé ; mais de même, personne est condamné à faire un cancer », ajoute François Eisinger.


Les consultations d'oncogénétique permettent aux personnes d'une famille, où un risque est redouté ou perçu, de savoir si elles sont réellement porteuses d'une prédisposition génétique avérée.

Faites confiance à votre médecin traitant, généraliste ou spécialiste. Il est à même de juger si votre histoire familiale, voire votre parcours individuel, nécessite une investigation spécifique.

Les consultations d'oncogénétique visent à caractériser le risque (via un ou plusieurs tests biologiques) et, si une anomalie est détectée, à préconiser la prise en charge adaptée.

Les tests, réalisés par l'équipe d'Oncogénétique moléculaire, nécessitent actuellement de longs mois d'analyse pour avoir les résultats.