Joindre l'IPC

04 91 22 33 33

 Prendre rendez-vous

04 91 22 30 30

Hospitalisation :
les différentes modalités de prise en charge à l’hôpital

Une hospitalisation peut s’effectuer en ambulatoire, à l’hôpital de jour chirurgical ou médical, ou encore dans une unité conventionnelle.

L’ambulatoire est une alternative à l’hospitalisation traditionnelle. Evolution notable, cette modalité de prise en charge signifie que vous arrivez le matin et que vous ressortez le soir.

 

 

Pour le Pr. Patrice Viens, directeur général de l’IPC, « il est aujourd’hui évident que la prise en charge en ambulatoire est l’avenir de la prise en charge en cancérologie ».

 

De plus en plus, il est possible de recevoir un traitement complet, quelle que soit sa durée, en hospitalisation de jour uniquement, c’est-à-dire sans jamais coucher à l’hôpital.

Les actes réalisés en ambulatoire (endoscopie, mise en place d’un cathéter, chirurgie) sont effectués à l’hôpital de jour chirurgical. Quant à l’hôpital de jour médical, il accueille les patients en ambulatoire principalement dans le cadre des séances de chimiothérapie, ou pour une transfusion, un suivi suite à une allogreffe, voire dans le cadre d’un essai clinique.

Vous intégrez une unité conventionnelle

Selon votre prise en charge, chimiothérapie, chirurgie, greffe ou encore traitements spécifiques d’imagerie interventionnelle, vous pouvez être hospitalisé pour une durée plus ou moins longue. A l’IPC, il existe neuf unités d’hospitalisation conventionnelle, réparties en trois départements : oncologie médicale, hématologie, chirurgie.

L’unité dédiée aux admissions imprévues, qui fonctionne pour l’heure comme un hôpital de jour, disposera, à partir de 2016, de 10 puis de 15 lits supplémentaires pour des hospitalisations conventionnelles.

L’agent administratif chargé des formalités vous demande :

  • un justificatif d’identité ;
  • votre carte vitale et son attestation ;
  • votre carte de mutuelle ;
  • un justificatif de domicile ;
  • une lettre de votre médecin traitant (obligatoire) ;
  • si vous êtes ressortissant européen (non français), le formulaire européen S2 ou SE2.
  • le forfait hospitalier journalier (correspondant à 7 jours) ;
  • le branchement téléphonique ;
  • le lit accompagnant et les repas accompagnant si un de vos proches utilise ces prestations (à demander au bureau des entrées) ;
  • la location du téléviseur auprès du prestataire.

Après l'hospitalisation

Tout est organisé par l’Institut avant votre départ, selon votre parcours thérapeutique personnalisé.

Dans certaines conditions et avec votre accord, le médecin prescrit une surveillance médicale :

  • en maison de convalescence ;
  • en centre spécialisé ;
  • dans une structure de moyen ou long séjour.

L’assistante sociale peut vous renseigner 
sur les conditions d’admission et les modalités de séjour dans ces différentes structures.

Quelle continuité de soins ?

Si vous rentrez chez vous, vos soins peuvent être organisés :


Dans le cadre de la consultation de sortie, chaque patient revoit le médecin oncologue qui l'a pris en charge.

Au programme :

  • synthèse de tout ce qui s'est passé,
  • présentation de la fin du parcours thérapeutique,
  • et remise du « plan personnalisé de soins » après le traitement prévu pour les semaines ou les mois à venir.

Dorénavant, le médecin généraliste, qui reçoit également ce plan personnalisé ou livret de surveillance, prend la relève : c'est lui qui assure la coordination entre le patient et l'hôpital.

Une collaboration entre les professionnels de ville et les professionnels de l'hôpital assure la coordination de votre prise en charge.

Si vous souhaitez faire appel à une infirmière libérale de votre choix, votre souhait sera respecté. L'IPC peut aussi contacter des infirmières installées près de votre domicile, inscrites dans un réseau de soins à domicile.

Dans les deux cas, la relation avec l'infirmière et votre suivi sont gérés par un coordinateur rattaché à l'Institut. De même, votre pharmacien est prévenu de vos spécifiques :

  • nutrition parentérale,
  • médicaments,
  • lit médical...

En accord avec le médecin coordinateur de l'équipe HAD et le médecin traitant, une hospitalisation spécifique, avec une prise en charge à domicile, peut être proposée. L'ensemble du matériel ainsi que tous les médicaments sont fournis par l'Institut.

Une fois par semaine, le coordinateur HAD se déplace au domicile du patient pour vérifier la qualité de la prise en charge et fournir les médicaments nécessaires.

Le médecin traitant reste totalement intégré à la démarche, il travaille en partenariat avec l'équipe qui suit son patient.

Comme à l'hôpital

Le personnel est spécifiquement formé pour sécuriser au mieux les soins à domicile. L'équipe s'engage à offrir des soins répondant aux mêmes critères de qualité et de sécurité que ceux dispensés dans le cadre d'une hospitalisation conventionnelle. Elle s'assure de transmettre au patient une information détaillée sur les modalités du traitement.

Pour des séances de chimiothérapie

En fonction du traitement prescrit, certaines chimiothérapies peuvent être administrées à domicile :

  • si le patient habite Marseille ;
  • si la durée d'administration n'excède par 2h30 ;
  • du lundi au vendredi, de 9h à 18h.

Dans ce cas, une infirmière de l'équipe HAD se déplace à l'heure convenue avec le traitement de chimiothérapie, préparé par la pharmacie de l'Institut, selon la prescription de l'oncologue qui suit le patient. Systématiquement, l'infirmière reste au domicile pendant toute la durée de la perfusion.

Pour des soins de support

L'équipe HAD peut également intervenir pour administrer des traitements de support (anti nauséeux, antalgiques...), assurer une assistance nutritionnelle ou réaliser des pansements complexes. Ces soins de support sont effectués tous les jours, samedi et dimanche inclus.


Information utile

En unité conventionnelle, les visites sont autorisées à toute heure, sans âge minimum spécifié, sauf :

  • pendant les visites des médecins ;
  • durant les soins ;
  • en cas de pathologie infectieuse.